La théorie du système-monde appliquée à l’ensemble afro-eurasien (4e siècle av. J.-C. – 6e s. ap.)

Comme la Méditerranée, l’océan Indien s’est au fil des siècles constitué en un espace unifié et hiérarchisé par ses échanges. Fondés sur des données géographiques et historiques, ces échanges – maritimes et terrestres – ont été portés par des réseaux marchands, des réseaux politico-militaires et des réseaux d’information. L’ensemble de ces échanges a contribué à unifier un espace géographique qui déborde largement l’océan Indien puisqu’il va de la Chine à l’Europe et à l’Afrique, espace où les événements et les développements régionaux apparaissent interdépendants. La synchronisation que l’on observe entre les évolutions des différentes régions de l’Ancien Monde reliées par des échanges constitue un indice (non suffisant en lui-même) du caractère systémique de ces relations. Ce n’est pas seulement l’interconnexion ou la dimension des réseaux mais la régularité, l’intensité et la vitesse des échanges qui ont réalisé une progressive intégration des différentes régions, les constituant en système-monde.

Le concept de système-monde

Le concept de système-monde a été introduit par Wallerstein [1974] pour l’époque moderne. Parmi ses caractéristiques, Wallerstein souligne une accumulation incessante du capital, une division transrégionale du travail, des phénomènes croissants de dominance entre « cœur » et « périphérie », l’alternance – à l’intérieur du cœur – de périodes d’hégémonie exercée par une puissance avec des phases de rivalité entre plusieurs puissances, et l’existence de cycles. La division du travail implique l’instauration d’échanges inégaux où les centres du système, s’appuyant sur une mobilisation efficace de la force de travail, leur capacité à innover et leur puissance politico-militaire, produisent et vendent des produits manufacturés sur des marchés en établissant des situations plus ou moins monopolistiques. Les régions périphériques, au contraire, sont amenées à vendre pour l’essentiel des produits bruts et des esclaves sur des marchés concurrentiels. Intermédiaires entre centres et périphéries, des semi-périphéries mélangent des formes organisationnelles de ces deux extrémités de la hiérarchie du système.

Pour Frank et Gills [1993], ces caractéristiques sont en fait présentes depuis plusieurs milliers d’années dans un système-monde afro-eurasien occidental. Le rôle de l’accumulation du capital, du marché et de l’entreprise individuelle dans les sociétés anciennes a en outre – selon ces auteurs – été largement sous-estimé.

Les critiques

On peut cependant reprocher à Frank d’avoir cherché l’explication seulement au niveau de la totalité. L’évolution des différentes parties du système est en fait la résultante de l’articulation de dynamiques locales, régionales et globales. En outre, au-delà d’une domination économique, politique et idéologique, la relation cœur/périphérie peut s’accompagner de phénomènes de « co-évolution », et les périphéries ne sont jamais restées « passives »; certaines périphéries au moins montraient une réelle « capacité de négociation » avec les centres dominants, à laquelle Frank a prêté trop peu d’attention.

Je m’écarte par ailleurs de Wallerstein sur deux points au moins. Pour lui. « le soi-disant système monde [pré-moderne] » n’échangeait que des biens de luxe et non des produits de base, et par conséquent il ne pouvait connaître la « division axiale du travail » caractéristique du monde moderne. En réalité, des biens bruts font partie des échanges aux périodes anciennes. Les données archéologiques et les textes le montrent clairement pour le début de l’ère chrétienne. De plus, l’idée de Wallerstein selon laquelle les échanges de biens de luxe n’ont pas d’effets systémiques importants apparaît discutable. D’autres auteurs ont au contraire souligné les effets structurants de la circulation de biens de luxe du fait de l’accaparement de ces biens par les élites dominantes : tout changement dans leurs flux se répercute sur les hiérarchies politiques [Schneider, 1977]. Il est donc possible de considérer l’existence de systèmes-monde avant l’époque moderne, mais un système afro-eurasien ne se forme sans doute qu’au début de l’ère chrétienne.

La géographie du système-monde

Du 1er au 16e siècle, ce système-monde se structure autour de cinq « cœurs », parfois multicentrés :

(1) la Chine,

(2) l’Inde,

(3) l’Asie occidentale,

(4) l’Égypte,

(5) l’Europe méditerranéenne puis l’Europe du Nord-Ouest.

Géographie et réseaux d’échanges dessinent trois grandes aires au niveau des espaces maritimes : mer de Chine, océan Indien oriental et océan Indien occidental, ce dernier présentant une dichotomie entre golfe Persique et mer Rouge.

Dans la construction du système, il faut souligner le rôle crucial des villes, en particulier des métropoles, situées aux nœuds des réseaux, des métropoles qui dirigent la production et les échanges, selon une structure hiérarchisée. Les zones océaniques à l’intersection de deux sous-systèmes jouissent en outre d’une situation privilégiée, ainsi l’Asie du Sud-Est, l’Inde du Sud et Ceylan, en partie du fait du système des moussons. Le développement du commerce maritime repose pour une part sur les relations instituées entre côte et arrière-pays.

Les pulsations du système-monde

Depuis ses origines, le système-monde afro-eurasien s’est développé et restructuré tout au long d’une série de cycles économiques de plusieurs siècles, qui coïncident avec des évolutions politiques et religieuses, et souvent avec des cycles climatiques [Beaujard, 2009]. Jusqu’au 17e siècle, on peut distinguer quatre cycles sur une courbe à pente de plus en plus accentuée. Ils marquent une intégration progressive des différentes parties du système, avec une croissance générale de la démographie, de la production, du volume des échanges, et un développement urbain. Ces phénomènes sont accompagnés par des progrès techniques, et un investissement croissant en capital.

Chaque phase ascendante est accompagnée par des progrès de l’agriculture, des innovations techniques et une expansion des échanges. Les innovations idéologiques et institutionnelles jouent également un rôle crucial. Les phases de croissance voient la cristallisation de larges entités politiques – en Chine notamment, Chine qui a joué un rôle moteur dans le système, depuis sa formation –, qui dans un premier temps contribuent généralement à la croissance par leurs investissements ; puis on observe la désagrégation de ces entités politiques en période de repli global.

Les mécanismes des cycles

D’où viennent ces phases de repli ? Sans doute le cycle est-il inhérent à la structure même du système (fig. ci-dessous). Les causes en apparaissent multiples : contradictions internes aux états et aux sociétés, politique défavorable à la production et au commerce, luttes politiques… Plus généralement, l’accroissement de la complexité – économique et sociopolitique – s’accompagne d’un accroissement des coûts, et toute société ou tout ensemble de sociétés finissent par atteindre un seuil au-delà duquel les rendements marginaux de l’investissement diminuent [Tainter, 1988] ; la complexité devient alors moins attirante, et un processus de désintégration tend à s’engager ; une baisse du rendement des investissements et une perte de compétitivité susciteraient finalement un mouvement de décentralisation et de désagrégation. Les phénomènes de décentralisation du capital dans les systèmes mondiaux anciens et moderne joueraient un rôle important dans les déplacements des centres d’accumulation [Ekholm et Friedman, 1993] (on a  cependant peu de preuves de ce phénomène avant la période moderne, même si Friedman [2000] le met en évidence pour la Grèce au 4e siècle avant l’ère commune).  La diminution des ressources disponibles (bois, métaux…) est également responsable d’une augmentation des coûts et d’une baisse de l’investissement. Les États des cœurs ont en outre vainement empêché la diffusion de techniques qui fondaient pour une part leur position prééminente. Autre facteur de renversement du cycle, la croissance démographique qui accompagne les périodes de progrès économique finit par engendrer des problèmes environnementaux et des tensions sociales. La mise en contact de régions éloignées favorise en outre le déclenchement d’épidémies [McNeill, 1998]. De plus, les bouleversements écologiques et les cycles eux-mêmes sont corrélés à des changements climatiques pour une part initiés par des cycles solaires.

Dans les phases de récession, le système-monde ne disparaît pas mais passe par une restructuration des réseaux, ainsi que des États et des sociétés interconnectés. Au total, un jeu de forces combinées provoque ainsi une pulsation du système, le mouvement d’ensemble suivant une ligne ascendante.

Je vais tenter dans un prochain article de suivre le processus d’unification de l’océan Indien à la lumière de ces mécanismes, dans la phase de formation du système-monde et lors de son premier cycle, qui s’achève au 7e siècle.

Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

BEAUJARD, P. [2009], « Un seul système-monde avant le 16e siècle ? L’océan Indien au cœur de l’intégration de l’hémisphère afro-eurasien », in  Histoire globale, mondialisations et capitalisme, P. Beaujard, L. Berger et P. Norel (dirs.), Paris, Éditions La Découverte, pp. 82-148.

EKHOLM, K. et FRIEDMAN, J. [1993], « ‘Capital’ imperialism and exploitation in ancient World Systems », in The World System: Five Hundred Years or Five Thousand?, A.G. Frank et B.K. Gills (eds.), London, New York, Routledge, pp. 59-80 (et avant dans Review, 4(1), 1982, pp. 87-109).

FRIEDMAN, J. |2000], « Concretizing the continuity argument in global systems          analysis », in World System History. The social science of long-terme change, R.A. Denemark, J. Friedman, B.K. Gills et G. Modelski (eds.), London, New York, Routledge, pp. 133-152.

FRANK, A.G. et GILLS, B.K. (eds.) [1993], The World System: Five Hundred Years or Five Thousand?, London, New York, Routledge, 320 p.

McNEILL, W.H. [1998], Plagues and Peoples, New York, Anchor Books Editions, 365 p. (1re éd. 1976).

SCHNEIDER, J. [1977], « Was there a pre-capitalist world-system? », Peasant Studies, 6(1), pp. 20-29.

TAINTER, J.A. [1988], The Collapse of Complex Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 250 p.

WALLERSTEIN, I [1974b, 1980, 1988], The Modern World-System, vol. 1 : Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century ; vol. 2 : Mercantilism and the Consolidation of the European World-Economy, 1600-1750 ; et vol. 3 : The Second Era of Great Expansion of the Capitalist World-Economy 1730-1840s, San Diego, New York, Boston, London, Sydney, Tokyo, Toronto, Academic Press.

2 réflexions au sujet de « La théorie du système-monde appliquée à l’ensemble afro-eurasien (4e siècle av. J.-C. – 6e s. ap.) »

  1. Bonjour,

    Merci pour votre article très interessant, néanmoins j’ai eu beaucoup de difficultés à comprendre la théorie du système-monde, j’aurais aimé une définition plus explicite.

  2. Ping : TRIER 3 | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *