Une grande divergence

Comment expliquer que l’Europe ait pris, au 19e siècle, un ascendant sur les autres parties du monde, au point de jouir pendant plus d’un siècle d’une suprématie indiscutable dans l’arène économique mondiale ? Parmi les nombreux travaux qui se sont attachés, au cours des dernières décennies, à revisiter cette vieille question, l’ouvrage de l’historien américain Kenneth Pomeranz, Une grande divergence, publié en anglais il y a dix ans à peine et récemment traduit en français (Albin Michel, 2010), fait figure de référence. Une référence incontournable, que tout spécialiste se doit de citer, même si c’est souvent pour la balayer d’un revers de main. Il faut dire que la thèse de Pomeranz prête le flanc à la simplification, elle qui se laisse résumer en une formule presque lapidaire. Jusqu’au début du 19e siècle, avance l’historien, l’Europe ne possédait aucun avantage décisif sur la Chine, grande puissance économique de l’époque. La région la plus avancée du Vieux Continent, l’Angleterre, n’a dû son décollage industriel qu’a deux avantages fortuits : l’existence de gisements de charbon proches de ses centres industriels et la réserve de terre que lui conféraient ses colonies dans le Nouveau Monde.

Il y a en effet là de quoi heurter plus d’un historien économique. Normalement constitué celui-ci cherche généralement à mettre à jour les mouvements de fond, les évolutions séculaires, les processus cumulatifs à l’œuvre derrière le développement économique. S’agissant de l’ascension de l’Europe, les historiens ont souvent insisté sur les cercles vertueux entre innovation technologique et accumulation du capital qui ont présidé à la révolution industrielle et au décollage économique du Vieux Continent. Lorsqu’ils ont voulu relativiser, comme il est d’usage aujourd’hui, la rupture qu’aurait constituée la révolution industrielle, ils se sont attachés à décrire le processus endogène par lequel l’Europe s’est doté du capital, du profil démographique, des technologies, des institutions qui lui ont permis de faire la différence avec le reste du monde. Et même lorsqu’un tel récit a été contesté, notamment par Immanuel Wallerstein et les historiens du système-monde, ce fut pour lui substituer une autre narration de la genèse de la suprématie européenne, insistant quant à elle sur le rôle de du commerce avec les autres régions du monde. On conçoit alors qu’attribuer, comme le fait Pomeranz, le décollage du Vieux Continent à des facteurs « contingents », autant dire tenant largement au hasard, puisse être difficile à avaler.

L’historien américain n’est pas le seul à avancer une proposition aussi dérangeante. On sait que dans les rangs de l’histoire globale, des auteurs comme André-Gunder Frank [1] ou John M. Hobson [2] et même comme Janet Abu-Lughod [3] ont avancé un argument analogue. Ces auteurs ont montré à quel point l’Europe a dû son essor aux transferts de technologies et à l’effet d’entraînement des réseaux commerciaux asiatiques sur un Vieux Continent longtemps en retard sur le plan économique [4]. La suprématie européenne résulterait en définitive d’une combinaison de hasard (le déclin des échanges asiatiques vers le 15e siècle selon Abu-Lughod) et de violence : le seul trait différenciant véritablement les petites puissances européennes étant en définitive leur agressivité, qu’elle se manifeste par une alliance inédite entre réseaux marchands et puissance militaire (Abu-Lughod, Arrighi) ou par le racisme et l’impérialisme (Hobson).

L’analyse de Pomeranz se déroule néanmoins sur une toute autre trame que la précédente. Si cet auteur appartient au domaine d’étude de l’histoire globale, c’est moins parce qu’il étudie les connections entre les différentes parties du monde (il ne s’y intéresse guère), que parce qu’il porte un regard comparatif nouveau sur les histoires respectives de l’Europe et des contrées non occidentales. L’historien américain se place pour cela sur le même terrain que l’histoire économique traditionnelle de l’Europe. Il privilégie, comme elle le fait, la dynamique endogène du Vieux Continent pour la comparer à celle de la Chine. Ce faisant, il réexamine l’un après l’autre les avantages que, selon l’histoire économique dominante, l’Europe aurait acquis sur son rival chinois. Et il aboutit à une conclusion renversante : non, l’Europe ne possédait aucun avantage endogène qui expliquerait l’écart qu’elle a creusé avec la Chine à partir du 19e siècle. Pis, elle partageait avec elle des obstacles écologiques qui auraient parfaitement pu avoir raison de son développement économique, comme ce fut le cas pour l’empire du Milieu. Cette conclusion conduit à retourner entièrement l’analyse : il ne s’agit plus d’expliquer pourquoi, en raison de quels blocages, la Chine n’a pas pu faire aussi bien que l’Europe, mais au contraire de comprendre par quel miracle cette dernière a pu échapper au déclin qui la menaçait tout autant que sa rivale asiatique. C’est ici qu’interviennent les facteurs « contingents » avancés par Pomeranz. Sans eux, considère l’historien, la « révolution industrielle », et son lot d’innovations généralement considérées comme décisives, auraient pu n’avoir aucun effet durable sur la dynamique du vieux continent.

Mais reprenons plus en détail la comparaison proposée par Pomeranz. Pour la mener à bien, l’historien introduit une innovation méthodologique : rappelant la profonde hétérogénéité économique tant de l’Europe que de la Chine, il privilégie la comparaison de deux régions, les plus avancées de chaque zone – l’Angleterre et la région du Bas-Yangzi – sans pour autant s’interdire des incursions dans d’autres zones de l’Europe continentale ou de l’empire du Milieu. Le travail comparatif peut alors commencer. Pomeranz commence par discuter l’idée selon laquelle, bien avant la révolution industrielle, l’Europe aurait commencé à diverger de la Chine, en termes de richesse amassée, de niveau de vie, d’espérance de vie, de démographie et de technologie. Plus riche, moins populeuse, plus innovatrice, l’Europe aurait lentement constitué ce qui ferait les facteurs de son succès futur : une plus grande capacité à accumuler du capital. Pomeranz montre cependant que la comparaison tourne rarement à l’avantage de l’Europe. La Chine était au moins aussi riche, ses paysans et artisans contrôlaient les naissances pour dégager un surplus accumulable, ses technologies (irrigation, conservation des terres, métiers textiles, hauts-fourneaux) étaient généralement plus avancées.

Pomeranz s’attaque à un autre morceau en examinant l’argument avancé par l’institutionnaliste Douglas North selon lequel l’Europe aurait acquis un dynamisme économique sans équivalent grâce à des marchés plus efficients. Là encore, Pomeranz montre qu’il n’en est rien. Non seulement la Chine n’avait rien à envier à l’Europe dans ce domaine, mais l’organisation de ses marchés se rapprochait plus de l’idéal des économistes libéraux. La vente et la location des terres ? C’était, selon Pomeranz, chose plus aisée en Chine, et ce malgré le processus des enclosures britanniques. L’historien en rappelle au demeurant la lenteur, et en relativise l’impact sur les rendements agraires anglais, prenant ainsi le contrepied des travaux néomarxiens de Robert Brenner [5] ou Ellen Meiksins Wood [6]. L’essor d’un « marché libre du travail » ? Là encore les guildes des villes européennes ont considérablement entravé le processus, bien plus en tout cas que ce qui se produisait en Chine. Et qu’en est-il de la faible productivité du travail des paysans chinois ? On sait que l’historien américano-chinois Philip Huang [7] y voit le signe d’une  « involution » de l’économie chinoise, synonyme d’une compression du niveau de vie. Pomeranz repère quant à lui l’existence en Chine d’une « révolution industrieuse » comparable à celle que Jan de Vries [8] a identifié dans le cas des Pays-Bas : la population chinoise a accru son niveau de vie en consacrant plus de travail, non seulement aux tâches agricoles, mais aussi à des travaux artisanaux vendus sur le marché.

L’Europe et la Chine se ressemblaient donc sur bien des points, ce qui conduit à penser que rien ne prédisposait leurs trajectoires à connaître la « grande divergence » qui devait se creuser pendant le 19e siècle. Selon Pomeranz, elles partageaient un autre trait commun : leurs régions les plus avancées, l’Angleterre et le Bas-Yangzi, étaient, au début du 19e siècle, sur le point de parvenir à un point de saturation de leurs ressources naturelles. Cela se traduisait, sur le plan écologique, par un degré avancé de déforestation et d’épuisement des sols et, sur le plan économique, par une insuffisance des denrées alimentaires et la hausse de leurs prix. Le développement économique des deux régions menaçait tout simplement de s’enrayer.

L’originalité du travail de Pomeranz est de déployer son analyse de la « grande divergence » sur cette trame écologique. Si des facteurs « contingents » comme la proximité des gisements de charbon et la réserve de terres du Nouveau Monde ont pu jouer un rôle décisif, c’est qu’ils ont permis à l’Angleterre, puis à l’Europe, et à elle seule, de faire sauter les limites écologiques à la croissance. Pomeranz avance deux registres d’arguments à l’appui de sa thèse. En premier lieu, l’un et l’autre facteur permettaient de passer outre la rareté relative des terres britanniques grâce à l’apport d’ « hectares fantômes » (estimés entre 10 et 12 millions d’hectares). Parce qu’on y cultivait du coton, un substitut avantageux de la laine ou du lin, les plantations du Nouveau Monde économisaient des centaines de milliers, voire des millions d’hectares consacrés à l’habillement de la population insulaire.  Parce qu’il se substituait au charbon de bois ou au bois de chauffe, le charbon épargnait lui aussi des surfaces conséquentes de terre. En second lieu, pour Pomeranz, sans cet approvisionnement aisé en fibres textiles faciles à travailler et en charbon, il est probable que le modèle industriel britannique, fondé sur le remplacement du travail par le capital (entre autre grâce aux « machines à vapeur ») et l’industrie textile, n’aurait pas été une option économiquement viable. C’est ainsi que l’Occident s’est engagé dans le mode de développement fortement consommateur en capital et en ressources naturelles qu’on lui connaît.

Telle est donc l’explication de la « grande divergence » selon Pomeranz. On peut noter au passage l’affinité que sa thèse entretient avec la théorie des systèmes-monde. Aux yeux de l’historien américain, la périphérie du Nouveau Monde, exploitée au moyen d’un système de travail esclavagiste, a bien joué un rôle décisif dans l’essor de l’Europe. Il propose néanmoins une interprétation écologique de cet apport, sous la forme des économies de terres qu’autorisait la possession des colonies américaines. La Chine, quant à elle, ne disposait pas de périphéries qui auraient pu lui apporter un tel avantage.

Le travail de Pomeranz a considérablement marqué les esprits, sans évidemment emporter l’adhésion de tous. On peut mentionner deux lignes de divergence avec son travail. Auteur lui aussi d’un travail de référence dans la comparaison historique entre l’Europe et de l’Asie [9], l’historien japonais Kaoru Sugihara diffère au moins en un point avec le récit de Pomeranz.  À ses yeux, les sentiers de développement européen et est-asiatique (soit essentiellement la Chine et  le Japon) s’étaient écartés bien avant 1820, point de départ de la « grande divergence ». Dès le 15e siècle, on peut selon lui repérer deux voies distinctes, celle de l’Asie de l’Est, fondée sur un modèle intensif en travail, celle l’Europe fondée sur des technologies intensives en capital, technologies que la révolution industrielle a par la suite considérablement approfondies [10].

Le sociologue italo-américain Giovanni Arrighi fait lui aussi partie de ceux qui se sont penchés sur l’énigme de la « grande divergence », sans pour autant retenir l’explication écologique  de Pomeranz, qu’il considère réductrice [11]. Si elle permet, selon lui, de comprendre pourquoi l’Angleterre s’est engagée dans la voie industrielle, elle n’expliquerait pas pour quelles raisons la Chine ne l’a pas fait – l’argument de l’éloignement relatif des gisements de charbons chinois ou de l’inexistence de périphéries comparable au Nouveau Monde ne lui semble pas suffisant pour remporter l’adhésion. Pour Arrighi, la différence fondamentale entre la « voie européenne » et la « voie chinoise », est en définitive que la première était « capitaliste », à la différence de la seconde, le propre du capitalisme étant de contourner les cadres institutionnels et sociaux qui limitent l’accumulation du capital.

Quoi que l’on pense de ces différends, ils indiquent en tout cas la place qu’occupe aujourd’hui le travail de Pomeranz dans l’histoire économique globale : celle d’une analyse pénétrante à laquelle on doit impérativement se frotter.


[1] A.G. Franck, ReOrient: Global economy in the Asian age, Berkeley, California University Press, 1998.

[2] J.M. Hobson, The Eastern Origins of Western Civilization, Cambridge University Press, 2004.

[3] J. Abu-Lughod, Before European Hegemony. The World System A.D. 1250-1350, Oxford University Press, 1989.

[4] P. Norel, L’Histoire économique globale, Seuil, 2009.

[5] T.H. Aston et C.H.E. Philpin (ed.), The Brenner Debate: Agrarian class structure and economic development in pre-industrial Europe, Cambridge University Press, 1985.

[6] E. Meiksins Wood, L’Origine du capitalisme, Lux, 2009.

[7] P. Huang, The Peasant Family and Rural Development in the Yangzi Delta, 1350-1988, Stanford University Press, 1990.

[8] J. de Vries, The Industrious Revolution, Cambridge University Press, 2008.

[9] K. Sugihara, « The East-Asian path of economic development: A long term perspective », in G. Arrighi et al. (ed), The Resurgence of East-Asia: 500, 150 and 50 year perspectives, Routledge, 2003.

[10] « La voie est-asiatique du développement », entretien avec K. Sugihara, in « La grande histoire du capitalisme », Sciences Humaines, numéro spécial n° 11, mai-juin 2010.

[11] G. Arrighi, Adam Smith à Pékin, Max Milo, 2009.

9 réflexions au sujet de « Une grande divergence »

  1. Merci pour ce post de qualité!

    Un excellent article revient sur les aspects économiques de la divergence Chine – Europe. http://rationnelsansfinalite.blogspot.com

    Juste une demande de précision sur les théories de North: il me semblait qu’il insistait plus sur le fait que ce sont les droits de propriété qui ont permis au capitalisme européen de prendre une avance économique. Mais peut-être qu’il considérait les droits de propriété comme un préalable à des marchés plus efficients?

  2. L’argument le plus connu de Douglas North est en effet l’idée qu’un régime de propriété privée est le plus favorable au développement économique. Selon cette ligne d’analyse, l’une des implications de la propriété privée est l’existence de marchés plus efficients pour la cession ou pour la location des actifs, la terre par exemple. Plus efficients, au sens où ils réduisent les « coûts de transaction ». En effet, des droits de propriété bien spécifiés sécurisent les transactions : celui qui achète en toute légalité une parcelle de terre peut jouir ou exploiter son bien comme il l’entend, sans que l’on puisse lui disputer son droit de propriété. Celui qui loue une parcelle de terre peut l’exploiter en toute tranquillité dans les conditions prévues par le contrat. L’existence de tels marchés est censée être plus favorable au développement économique notamment parce qu’elle assurerait la circulation de la terre de sorte à ce qu’elle soit exploitée par les agents les plus efficaces : ceux qui peuvent payer un prix élevé pour le droit de propriété d’une parcelle ou pour un bail sont aussi ceux qui sont capables d’exploiter la terre de la manière la plus productive.
    L’adoption d’un régime de droit de propriété privée est-elle la raison de la supériorité économique de l’Europe, comme le pense North ? Deux types d’objections ont été opposés à cet argument. Le premier consiste à avancer, comme le fait Pomeranz, qu’il existait un régime équivalent dans d’autres régions du monde, en l’occurrence la Chine, c’est-à-dire qu’il y existait des marchés tout aussi efficaces, notamment au sens où il n’y avait pas d’obstacle à la circulation de la terre. Il convient de dire que cet argument demeure contesté, notamment par l’historien Robert Brenner (cf. Robert Brenner et Christopher Isett, « England’s divergence from China’s Yangzi delta: Property relations, microeconomics, and patterns of development », Journal of Asian Studies, 61-2, mai 2002, p. 609-662), pour lesquels une transformation inédite a bien eu lieu dans les campagnes britanniques avant le 18e siècle, qui expliquerait la naissance du capitalisme et l’essor économique de l’Angleterre. Un second type d’objections se focalise sur l’idée selon laquelle un régime de propriété privée serait la clé du développement économique. À ce sujet, l’économiste du développement Dani Rodrik rappelle que la Chine postmaoïste a maintenu un régime de propriété collective sur la terre, tout en connaissant un véritable boom de la production agricole et de la petite production industrielle dans les zones rurales (Dani Rodrik, « Goodbye Washington Consensus, Hello Washington Confusion? », Journal of Economic Literature, vol. 44, December 2006, pp. 969-983).

  3. Ping : Tweets that mention Une grande divergence « Histoire Globale -- Topsy.com

  4. Merci pour ce post de qualité!

    Un excellent article revient sur les aspects économiques de la divergence Chine – Europe. http://rationnelsansfinalite.blogspot.com

    Juste une demande de précision sur les théories de North: il me semblait qu’il insistait plus sur le fait que ce sont les droits de propriété qui ont permis au capitalisme européen de prendre une avance économique. Mais peut-être qu’il considérait les droits de propriété comme un préalable à des marchés plus efficients?

  5. L’argument le plus connu de Douglas North est en effet l’idée qu’un régime de propriété privée est le plus favorable au développement économique. Selon cette ligne d’analyse, l’une des implications de la propriété privée est l’existence de marchés plus efficients pour la cession ou pour la location des actifs, la terre par exemple. Plus efficients, au sens où ils réduisent les « coûts de transaction ». En effet, des droits de propriété bien spécifiés sécurisent les transactions : celui qui achète en toute légalité une parcelle de terre peut jouir ou exploiter son bien comme il l’entend, sans que l’on puisse lui disputer son droit de propriété. Celui qui loue une parcelle de terre peut l’exploiter en toute tranquillité dans les conditions prévues par le contrat. L’existence de tels marchés est censée être plus favorable au développement économique notamment parce qu’elle assurerait la circulation de la terre de sorte à ce qu’elle soit exploitée par les agents les plus efficaces : ceux qui peuvent payer un prix élevé pour le droit de propriété d’une parcelle ou pour un bail sont aussi ceux qui sont capables d’exploiter la terre de la manière la plus productive.
    L’adoption d’un régime de droit de propriété privée est-elle la raison de la supériorité économique de l’Europe, comme le pense North ? Deux types d’objections ont été opposés à cet argument. Le premier consiste à avancer, comme le fait Pomeranz, qu’il existait un régime équivalent dans d’autres régions du monde, en l’occurrence la Chine, c’est-à-dire qu’il y existait des marchés tout aussi efficaces, notamment au sens où il n’y avait pas d’obstacle à la circulation de la terre. Il convient de dire que cet argument demeure contesté, notamment par l’historien Robert Brenner (cf. Robert Brenner et Christopher Isett, « England’s divergence from China’s Yangzi delta: Property relations, microeconomics, and patterns of development », Journal of Asian Studies, 61-2, mai 2002, p. 609-662), pour lesquels une transformation inédite a bien eu lieu dans les campagnes britanniques avant le 18e siècle, qui expliquerait la naissance du capitalisme et l’essor économique de l’Angleterre. Un second type d’objections se focalise sur l’idée selon laquelle un régime de propriété privée serait la clé du développement économique. À ce sujet, l’économiste du développement Dani Rodrik rappelle que la Chine postmaoïste a maintenu un régime de propriété collective sur la terre, tout en connaissant un véritable boom de la production agricole et de la petite production industrielle dans les zones rurales (Dani Rodrik, « Goodbye Washington Consensus, Hello Washington Confusion? », Journal of Economic Literature, vol. 44, December 2006, pp. 969-983).

  6. Ping : L’environnement, pierre d’achoppement de l’histoire ? « Histoire Globale

  7. Bonsoir

    Merci pour ce superbe post.
    Je suis plus que novice en géo-historico-politique mais quel est le rôle des guerres de l’opium entre l’Empire britannique et la Chine ? Peut-on y voir l’une des raisons du déclin de la Chine impériale et de son économie ?

    Je vous remercie
    Jean-Michel

  8. Ping : Hégémonie occidentale : une histoire longue, un avenir sombre « Histoire Globale

  9. Ping : Entre Chine et Monde : vivons-nous un tournant mondial ? « Histoire Globale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *