Pouvoirs politiques et grand commerce : l’ascension et la chute des marchands kârimî de la mer Rouge (XIIe-XVe siècle)

Entre océan Indien et Méditerranée, les deux espaces maritimes parallèles qui encadrent l’Arabie, le golfe Persique et la mer Rouge apparaissent à la fois complémentaires et concurrents. Si l’activité commerciale du golfe Persique semble supérieure dans le deuxième cycle du système-monde (7e-10e siècle), à partir du 10e siècle, la mer Rouge redevient prééminente par rapport au golfe Persique, les Fatimides chi’ites qui gouvernent en Égypte tirant parti d’accords de commerce passés avec les Byzantins pour approvisionner le marché méditerranéen en produits de l’océan Indien.

Les Ayyubides, qui succèdent aux Fatimides en 1176, s’efforcent à leur tour de développer les échanges par la mer Rouge, source de revenus par les taxes auxquelles le commerce est soumis. Si les marchands juifs jouent un rôle important aux 11e et 12e siècles en mer Rouge et entre Yémen et Inde (rôle bien connu grâce aux documents trouvés dans la Geniza du Caire, cf. Goitein, 1954 ; Goitein et Friedman, 2007), les Ayyubides, sunnites, maîtres du Yémen, vont favoriser l’essor des marchands musulmans dits kârimî [1]. Leur nom est mieux traduit par « marchands du kârim », un vocable qui désigne au 12e siècle un convoi maritime entre Égypte et Yémen. Al-Qalqashandî rapporte alors une présence navale fatimide – en fait assez modeste – pour protéger ces convois de marchands en mer Rouge contre les pirates. L’étymologie de kârim remonte probablement à la Mésopotamie : Apellaniz [2009, p. 55] propose un lien avec le vieux terme sémitique kar, « quai, port ». L’origine familiale des marchands du kârim apparaît très diverse : Égypte et Syrie, mais aussi Irak, Anatolie, Perse… Par ailleurs, « dans les almanachs rasûlides [Yémen], le terme de kârim est associé à une saison de commerce à Aden, et surtout à une saison de navigation » [Vallet, 2009, p. 479].

À partir du 11e siècle, on signale des funduq kârimî au Caire, à Alexandrie, à Qûs, en Égypte, à Aden, Ta’iz, Zabîd, Ghalâfiqa et Bi’r ar-Rubâhiyya, au Yémen, à La Mecque, Médine et Jeddah, au Hijâz. Au-delà de l’appui apporté par les Ayyubides, la place grandissante des marchands kârimî en mer Rouge s’inscrit plus largement dans une phase de seconde expansion de l’islam, manifeste en Inde, en Asie du Sud-Est et en Afrique de l’Est avec l’essor des cités swahili. Si les réseaux changent au 12e siècle, change aussi une partie des produits transportés : ainsi, à partir du Yémen, partent désormais la garance et des chevaux, jamais mentionnés auparavant par les lettres de la Geniza.

À partir de 1229, les Rasûlides constituent le Yémen en un État indépendant, et en 1259 les mamelouks turcs prennent le pouvoir en Égypte. Les kârimî jouent alors un rôle prééminent dans le commerce de la mer Rouge, en s’appuyant sur le Yémen, où ils viennent acheter les produits de l’Orient, apportés par des marchands indiens, persans ou yéménites. Ils bénéficient clairement de la « protection » des mamelouks égyptiens : le sultan Qalâwûn émet ainsi ce « sauf-conduit » : « Quiconque importera des marchandises, telles que des épices ou autres denrées qu’importent habituellement les marchands du Kârim, n’aura rien à redouter à l’encontre de ses droits. Il ne sera astreint à aucune obligation désagréable, car il obtiendra toute la justice souhaitable et sera à l’abri de toute mesure attentatoire » [Vallet, 2010, p. 497]. À partir du Yémen, les marchandises de l’Inde se dirigent vers le Hijâz et la Syrie mais surtout – via le port de ‘Aydhab – vers Le Caire, Alexandrie et Damiette. Les taxes sont assez lourdes, puisqu’elles atteignent 19 % de la valeur des marchandises importées à Alexandrie. Les taxes à l’exportation sont parfois plus élevées encore [Margariti, 2007, p. 113]. Les marchands égyptiens commercent aussi au Soudan occidental, en Perse, et en Asie mineure : leurs activités, de fait, s’étendent du Maghreb à la Chine [ibid., p. 153], mais on ne devrait plus ici parler de « kârimî ». L’organisation des kârimî  demeure un sujet de débat, mais les documents n’indiquent pas l’existence d’une véritable corporation (Richard et Delumeau [1968, p. 826] parlent – doublement – à tort « d’association de marchands fréquentant l’océan Indien »). À l’époque ayyubide puis mamelouke, l’institution étatique du matjar achète et vend, parallèlement à ce secteur privé [Rabie, 1972, p. 93] [2].

L’invasion mongole de l’Iran puis de l’Irak (1219-1258) donne à la mer Rouge une importance accrue, qui se traduit par l’arrivée de marchands venus de Perse, d’Irak et de Syrie. À la fin du 13e siècle, les kârimî constituent un groupe de 200 personnes, « et le nombre de leurs esclaves qui voyageaient pour faire du commerce à leur profit […] était supérieur à cent » [Ibn Hajar, cité par Vallet, 2006, p. 434]. De grands marchands émergent, qui jouent parfois le rôle de banquiers auprès des sultans et des émirs égyptiens. Les kârimî prêtaient aussi de l’argent aux sultans du Yémen, et même « le roi du Mali, Mansa Mûsâ [représenté sur le célèbre Atlas catalan de la Bnf, ca. 1375] leur emprunta de l’argent avant de quitter la Mecque pour revenir dans son pays » [Labib, 1978, p. 667]. Les rapports qui se nouent avec le pouvoir d’État ne sont pas sans danger : l’illustre clairement l’histoire d’un copte converti, Karîm al-Dîn al-Kabîr. « Responsable des biens propres du sultan » d’Égypte, il mit « progressivement la main sur les finances de l’État en faisant nommer son neveu contrôleur des finances puis surintendant du Kârim : il supervisait ainsi les revenus fiscaux tirés du trafic entre Aden et ‘Adhab. […] La famille en retira de fort juteux profits. Lorsque les biens de Karîm al-Dîn al-Kabîr furent saisis en 1323, on trouva chez lui quarante et un coffres remplis d’encens, de bois d’aloès, d’ambre et de musc, autant d’aromates qui provenaient à n’en pas douter du Kârim » [Vallet, 2010, p. 502, d’après Ibn Hajar]. La fortune du « représentant des marchands » (wakil al-tujjar) al-Bâlisî (mort vers 1374) était si considérable (il laissait 10 millions de dinars) qu’« un seul marchand (hindou) de l’Inde, avec lequel il était d’ailleurs associé en affaires, pouvait lui être comparé » [Vallet, 2010, p. 477, d’après Ibn Tajribirdî]. S’ils ne font pas partie des rouages de l’État, les kârimî n’hésitent pas à intervenir dans les affaires politiques, si leurs positions sont menacées : en 1350, lorsque le sultan rasûlide al-Mujâhid ‘Alî fut fait prisonnier par les Égyptiens au Hijâz et emmené en Égypte, les kârimî, y compris en Égypte, intervinrent en versant une partie du tribut exigé pour sa libération [Vallet, 2010, p. 516]. Au Yémen, par ailleurs, des partenariats s’instituent entre l’administration et des marchands ; celui établi avec al-Takrîtî, Irakien arrivé d’Égypte via La Mecque en 1320 était exceptionnel par son ampleur, le sultan lui confiant de l’argent sur ses biens propres pour le faire fructifier.

Les échanges se dégradent à partir des années 1330 : une crise éclate entre l’Égypte et le Yémen, et des désordres affectent la région d’‘Aydhab, ceci dans un contexte de récession globale dans le système-monde [Beaujard, 2012, vol. 2, p. 155]. En 1347, l’Égypte est atteinte par l’épidémie de peste qui, venue de Chine, a balayé l’Eurasie. Les échanges ne reprennent une certaine vigueur que vers la fin du 14e siècle. L’Égypte connaît toutefois des difficultés financières au début du 15e siècle. Le sultan Faraj (1389-1412) est contraint d’emprunter à des kârimî, notamment à un membre de la puissante famille des al-Mahallî, à qui il confisquera plus de 100 000 dinars quelques mois plus tard [Apellaniz, 2009, p. 67]. Les épices de l’Asie transitent toujours par la mer Rouge, et les sultans égyptiens, pour pallier leurs déficits financiers, vont faire main basse sur cette manne [3]. En 1411, Faraj ordonne aux marchands catalans d’Alexandrie d’acquérir un stock d’épices pour une valeur de 30 000 dinars, politique que poursuivra son successeur, Al-Mu’uayyad Shaykh (1412-1421). Pour les sultans égyptiens, la « manipulation du commerce devient une nécessité » [ibid.], d’autant que l’envolée des prix du poivre entre 1412 et 1419 offre une belle opportunité d’enrichissement. À partir de 1414, le sultan fait procéder à des achats forcés d’épices par des marchands vénitiens, épices acquises par l’entremise de « marchands d’État connus sous le nom de Khawâjâ », choisis « dans un milieu élitaire du négoce international » [Apellaniz, 2009, p. 73]. L’apparition de marchands du sultan khawâjâ marque l’émergence d’une nouvelle élite financière liée au pouvoir politique. Dans la dernière partie du 14e siècle, on note également un essor du matjar sultanien d’Aden, qui devient prédominant par rapport à la douane, au moment précisément où le sultan égyptien s’implique directement dans le commerce. Malgré un contexte politique difficile, un commerce d’État à État se met en place entre Égypte et Yémen.

L’implication du pouvoir dans le commerce s’accroît sous le sultan Barsbây (1422-1438). Pour compenser la baisse des revenus agricoles et faire face à des dépenses croissantes, Barsbây impose un commerce d’État, en instrumentalisant de grands marchands, kârimî ou autres, qui jouent souvent en outre un rôle de diplomates. Plusieurs familles viennent d’Iran, témoignage des migrations de marchands de cette région à la suite des invasions timurides. Dans le même temps, les kârimî se trouvent confrontés à des épreuves nouvelles : les droits de douane levés par le sultan rasûlide du Yémen al-Nâsir (1400-1424) deviennent si élevés que des marchands fuient en Inde et à Jeddah. En 1422, un propriétaire de navire de Calicut passe le Yémen sans s’y arrêter et se rend directement à Jeddah. Il y revient en 1424 – de même que quatorze autres navires – et rencontre alors un émir mamelouk. Le nombre des navires de l’Inde et de Hormuz à Jeddah – passé sous le contrôle des mamelouks en 1425 – se monte à 40 en 1426 [Vallet, 2010, p. 656]. En 1429, Barsbây décida de contrôler à son profit le commerce des épices et de fixer les prix sur le marché. Il imposa en outre aux Indiens comme fret de retour du cuivre brut, du corail et d’autres marchandises européennes dont il avait le monopole. La politique de Barsbây « impliquait un strict contrôle de la mer Rouge et du Hijâz, par où durent transiter les épices » [Garcin, 1995, p. 348] : Jeddah fut imposée aux marchands comme port d’arrivée et de taxation des épices. Le sultan chercha en outre à décourager les marchands syriens et égyptiens de s’approvisionner au Yémen, en doublant leurs taxes. Barsbây s’attaqua aux positions de grands marchands persans sur lesquels son prédécesseur s’était appuyé : en 1425/1426, les biens de Fakhr al-Dîn al-Tawrîzî et d’‘Alî al-Jîlânî furent ainsi confisqués, et ce dernier partit s’installer à Aden [Vallet, 2010, p. 662]. En 1432, le commerce kârimî se trouva soumis à une autorisation spéciale que devait accorder le sultan égyptien et frappé de nombreuses taxes. Les positions des kârimî devinrent si difficiles que certains fuirent vers Calicut et Cambay, tandis que d’autres entraient au service des sultans égyptiens, en profitant parfois du fait que les offices faisaient maintenant l’objet d’un « affermage ». Une élite de marchands sultaniens khawâja jouissant de chartes de privilège collabore ainsi avec l’État, marchands qui tissent des liens avec les milieux aussi bien politiques que religieux. Inclus dans des structures administratives, ils conservent cependant une activité privée. Les liens étroits de ces grands marchands avec le pouvoir d’État permettent un enrichissement rapide, mais il est aussi source de dangers, comme le montre le recours fréquent des sultans aux confiscations de fortunes de leurs khawâja. Au Yémen, la décomposition de l’État débouche finalement sur le renversement des Rasûlides et l’instauration de la nouvelle dynastie des Tahirides, sous laquelle Aden retrouve son opulence. Les sultans se trouvent impliqués directement dans le commerce [Porter, 2002], à côté d’un secteur privé. Les Indiens, du Gujarat ou du Malabar,  fréquentent le port.

Après Barsbây, le pouvoir égyptien continue à contrôler le commerce de la mer Rouge, sous Qâ’itbây (1468-1496) notamment. Il n’y a pas cependant de monopole, et un secteur privé demeure actif. Les transformations des réseaux et la nouvelle politique étatique amènent néanmoins la disparition des kârimî. Selon Labib [1978], les deux derniers kârimî d’Égypte connus meurent en 1491-1492, mais Ibn Mâjid parle encore de marchands d’Égypte qui se rendent en Inde à la fin du 15e siècle. Une nouvelle classe marchande internationale est néanmoins présente ; elle sera de plus en plus articulée aux réseaux méditerranéens, et d’abord vénitiens, en particulier par le Levant, les marchands d’Alep et de Damas étant prééminents dans le commerce « indien » [Apellaniz, 2009, p. 136].

L’essor puis la chute des kârimî apparaissent ainsi liés à la fois à des contextes locaux, régionaux et globaux. Instrumentalisés par le pouvoir au 15e siècle, les kârimî disparaissent finalement en tant que marchands indépendants, une disparition qui correspond aussi au temps où les navires de l’Inde entrent dans la mer Rouge et à la montée en puissance des Gujaratis et d’autres marchands de l’Inde. Les deux périodes du commerce kârimî correspondent aussi à deux stratégies différentes des pouvoirs politiques égyptien et yéménite,  la première consistant à laisser une liberté de manœuvre aux marchands privés en taxant leurs activités, la seconde voyant l’État s’arroger le rôle de marchand principal et limiter les possibilités du secteur privé – sans que les quantités d’épices transportées en soient cependant affectées.

Bibliographie

APELLANIZ RUIZ DE GALARRETA, F.J., 2009, Pouvoir et finance en Méditerranée pré-moderne : le deuxième État mamelouk et le commerce des épices (1382-1517), Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Cientìficas.

ASHTOR, E., 1956, « The Kârimî merchants », Journal of the Royal Asiatic Society, pp. 45-56.

BEAUJARD, P., 2012, Les Mondes de l’océan Indien. Vol. 2 : L’océan Indien au cœur des globalisations de l’Ancien Monde, Paris, Armand Colin.

GARCIN, J.-C., 1995, « Le Proche-Orient à l’époque mamluke », in : États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, vol. 1, J. C. Garcin et al. (éds.), Paris, PUF, pp. 343-370.

GOITEIN, S.D., 1954, « From the Mediterranean to India. Documents on the trade to India, South Arabia, and East Africa from the Eleventh and Twelfth Centuries », Speculum. A Journal of Mediaeval Studies, vol. 29, 2 (1), pp. 181-197.

GOITEIN, S.D., et FRIEDMAN, M.A., 2007, India Traders of the Middle Ages : Documents from the Cairo Geniza.« India Book », Part One, Leiden, Brill.

LABIB, S.Y., 1978, « Kârimî », in : Encyclopédie de l’islam, nouvelle édition, t. 4, E. van Donzel, B. Lewis et C. Pellat (éds.), Leiden, E.J. Brill, Paris, G. P. Maisonneuve et Larose, pp. 666-670.

MARGARITI, R. E., 2007, Aden and the Indian Ocean Trade. 150 Years of the Life of a Medieval Arabian Port, Chapel Hill, The University of North Carolina Press.

PORTER, V., 2002, « The Ports of Yemen and the Indian Ocean during the Tahirid Period (1454-1517) », in : Studies on Arabia in Honour of Professor G. Rex Smith, J. F. Healey et V. Porter (éds.), Oxford University Press, USA, pp. 171-189.

RABIE, H., 1972, The Financial System of Egypt, A.H. 564-741/A.D. 1169-1341, London, Oxford University Press.

RICHARD, J., et DELUMEAU, J., 1968, « Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’océan Indien », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 23 (4), pp. 823-843.

SERJEANT, R. B., 1988, « Yemeni merchants and trade in Yemen, 13th-16th centuries », in : Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine : 13e-20e siècles, D. Lombard et J. Aubin (éds.), Paris, EHESS, pp. 61-82.

VALLET, E., 2006, Pouvoir, commerce et marchands dans le Yémen rasûlide (626-858/1229-1454), thèse de doctorat, Paris 1, 2 vol.

VALLET, E., 2010, L’Arabie marchande, État et commerce sous les sultans rasûlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne.


[1]  À l’opposé de S. Labib et d’autres auteurs, E. Ashtor [1956] défend cependant l’idée de la présence de coptes et de juifs, jusqu’au 14e siècle encore.

[2]  L’institution étatique du matjar, « office du commerce », apparaîtrait dans les années 1052-1053 [Serjeant, 1988]. Dès l’époque fatimide, le matjar assure le monopole de l’État sur certaines denrées (soie, natron…).

[3] L’intérêt croissant de l’État pour le commerce est une conséquence logique de la baisse des revenus agraires due à la dépopulation du pays et au déclin de l’agriculture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *