La nouvelle histoire globale selon Bruce Mazlish

Par Étienne Hudon, étudiant, Université du Québec à Montréal (UQÀM)

 

L’histoire globale, genre relativement nouveau dans l’historiographie académique, a fait couler beaucoup d’encre au tournant du siècle dernier. Si des courants précurseurs de cette conception de l’histoire pourraient être datés de la fin du 19e siècle avec la professionnalisation de la discipline historique, voire même avant cela (1), c’est surtout après la Seconde Guerre mondiale qu’elle prend son envol. Durant cette période, c’est notamment l’histoire-monde, avec comme éminent représentant William H. McNeill, qui jouera un rôle de pilier fondateur de cette histoire vue d’un point de vue global. C’est du moins ce qu’en pense Bruce Mazlish. Dans un article écrit à la fin des années 1990 (2), cet historien américain cherche à promouvoir une nouvelle approche « mondialisante » de l’histoire, qu’il veut notamment distinguer de l’histoire-monde pensée, entre autres, par W.H. McNeill ou encore Immanuel Wallerstein. Pour B. Mazlich, ce nouveau genre historiographique, « l’histoire globale », mieux adaptée à la réalité hyperconnectée de la fin du 20e siècle, se veut un dépassement de cette histoire-monde. Cet article aurait donc eu à jouer un rôle fondateur dans la légitimation et la délimitation de ce qu’était cette nouvelle histoire globalisée.

Bruce Mazlish, décédé en 2016, eut une brillante et longue carrière académique, passant la quasi-totalité de celle-ci, soit plus de cinquante ans, au département d’histoire du MIT, d’où il fut d’ailleurs nommé professeur émérite. Fait intéressant, il travailla, durant la Seconde Guerre mondiale, dans les bureaux de renseignement américains, ancêtre de l’actuelle CIA. S’étant intéressé à de nombreux sujets au cours de son parcours ponctué d’un doctorat en études européennes, notamment à l’intellectualisme occidental et à la psychohistoire (3), B. Mazlish s’initia à l’histoire globale à partir de la fin des années 1980. Il devint même un pionnier incontournable dans ce domaine, fondant au tout début du siècle présent le New Global History Initiative, visant à repenser l’enseignement de l’histoire à notre ère pluraliste, voire multiculturelle. B. Mazlish fait donc partie de ces piliers fondateurs de la « nouvelle histoire globale », tel qu’il aimait la qualifier, durant la dernière décennie du siècle dernier. Il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages historiques, ce qui lui valut d’être nommé membre de American Academy of Arts and Science (4). Grand historien américain, B. Mazlish est assurément quelqu’un qui a façonné la pratique historienne de l’histoire globale telle que nous la connaissons aujourd’hui, et son article « Comparing Global History to World History », publié dans la revue The Journal of Interdisciplinary History à l’hiver 1998, a assurément contribué à définir et établir ce qu’était l’objet et l’objectif de l’histoire globale nouveau genre.

L’objectif principal de l’article de Mazlish est de distinguer la pratique de l’histoire-monde (World History) de celle de l’histoire globale (Global History) et ce, afin de légitimer cette dernière. En effet, l’histoire globale serait, selon Mazlish, « ignorée » par les tenants de l’histoire-monde, ces derniers affirmant que les raisons d’être de la nouvelle « histoire globale » seraient déjà prises en compte dans leurs travaux (p. 385). Ainsi, B. Mazlish cherche à différencier ces deux approches en comparant et en opposant leur définition respective.

L’historien américain débute donc par expliquer ce qu’est, pour lui, l’histoire-monde et pourquoi elle nécessite d’être dépassée, surtout à notre ère de monde globalisé et instantanément connecté. B. Mazlish semble voir dans l’histoire-monde une volonté de faire « l’histoire entière du monde entier », bien que cela soit couramment nié par les membres de la World History Association (WHA) (p. 385). La définition de Jerry Bentley, qui parle d’étudier les interactions entre personnes qui participeraient à des processus historiques sur une large échelle, ne satisfait pas davantage B. Mazlish, parce qu’il la juge trop vague. Il se sert de la figure de W.H. McNeill, précurseur de l’histoire-monde moderne selon lui, pour tenter de cerner ce qu’est réellement cette histoire se voulant mondiale. Bien que reprenant à son compte le cadre civilisationnel développé, entre autres, par Arnold Toynbee, W.H. McNeill s’est intéressé aux civilisations comme étant des entités perméables et donc interagissant avec des réalités lui étant extérieures. W.H. McNeill, aussi influencé par les anthropologues Ralph Linton et Robert Redfield, aurait donc centré ses études sur les « rencontres intercivilisationnelles », et il voyait dans l’appréhension des « interactions entre personnes provenant de diverses cultures » l’objet réel de l’histoire-monde (p. 386). D’autres approches propres à l’histoire-monde ont aussi été développées, elles différaient sensiblement de celle de W. H. McNeill, mais elles avaient toujours la même préoccupation centrale, celle d’étudier des phénomènes qui ont eu une influence à une échelle mondiale et affectant des populations très diverses. Ces phénomènes doivent être sous-tendus par un système-monde qui permet leur propagation sur de très larges espaces. Ainsi, que ce soit la diffusion des épidémies par les échanges commerciaux et religieux (W.H. McNeill), le rôle de la Méditerranée comme médium d’interaction entre différentes populations (Fernand Braudel), l’accroissement des connexions mondiales par le développement du système capitaliste (I. Wallerstein) ou encore l’Empire romain comme système-monde embryonnaire (Janet Abu-Lughod), ces tentatives ont toutes en commun de comprendre des phénomènes ayant eu des conséquences observables sur une large échelle et de déceler les systèmes qui les ont rendus possibles. Bref, l’histoire-monde, selon B. Mazlish, tenterait de comprendre comment des phénomènes, anciens ou modernes, ont pu, à divers moments, avoir des répercussions au niveau « mondial ». Pour lui, c’est par la définition critique de ce qu’est ce « monde » qu’est envisageable une transition vers l’« histoire globale » (p. 388).

Bruce Mazlish cherche tout d’abord à différencier les concepts de « monde » et de « globe », ce qui permettra, selon lui, de faire le saut vers une histoire globale, plus appropriée dans notre ère de globalisation. Le terme « monde » (5) se référerait davantage à une réalité humaine, plusieurs mondes pouvant cohabiter (ainsi la « découverte » en 1492 du « Nouveau Monde » par Colomb), tandis que celui de « globe » rappellerait plutôt une entité spatiale indivisible, totale (la découverte des Amériques n’est pas celle d’un nouveau globe). L’utilisation du concept de « globalité » permettrait donc aux historiens d’apporter une perspective nouvelle à la connaissance historique, similaire à la position d’un astronaute observant la Terre à partir de l’espace. Cette nouvelle perspective serait une des clés fondamentales pour la compréhension de ce que veut être la nouvelle « histoire globale ».

Bruce Mazlish dénote aussi deux façons assez distinctes de faire de l’histoire globale. Une première, plutôt proche de la conception de W.H. McNeill, cherche à comprendre les processus historiques à un niveau global, donc plus élargi que celui du local, régional ou national. La seconde, qui est pour B. Mazlish à la fois le cœur même et la nouveauté fondamentale de cette histoire globale, est d’étudier l’histoire des globalisations. Cette dernière a donc comme objectif de comprendre la réalité contemporaine en cherchant les processus, à une échelle spatio-temporelle grandement étendue, qui l’ont façonnée et l’ont rendue possible. Ainsi donc, contrairement à l’approche de l’histoire-monde qui s’intéressait aux systèmes qui ont fait interagir différentes parties habitées de la planète, l’histoire globale, du moins celle s’intéressant à l’histoire de la globalisation, cherche plutôt à comprendre les facteurs de globalisation qui ont joué un rôle sur une entité ayant une réalité plus « locale ». Bien que la globalité du monde tel que nous le connaissons ne soit pas si ancienne – 1970 selon B. Mazlish (p. 391) –, les racines de cette globalisation « totale » peuvent être remontées à assez loin dans le temps. Ainsi, le développement de la technologie maritime, des moyens de communication (télégraphe, téléphone, radio) ou de la représentation humaine du monde (calendriers, cartes géographiques) sont des facteurs qui doivent être pris en compte quand on cherche à expliquer une réalité qui semble a priori plus « locale ». Cette nouvelle histoire globale à la Mazlish chercherait ainsi à comprendre ce qui peut avoir de global dans le local. Les historiens du global ne rejettent ainsi pas le cadre analytique de l’État-nation, mais ils tentent d’abord et avant tout de comprendre les effets de la globalisation sur celui-ci, et vice-versa. Les États-nations ne sont donc pas compris comme des entités imperméables et compréhensibles de manière uniquement endogène, mais comme des réalités dont les processus de formation et de développement transcendent le seul cadre national.

L’objectif que cherchait à atteindre B. Mazlish avec cet article, écrit en période d’effervescence théorique sur la façon de concevoir l’histoire tentant de prendre en compte la réalité nouvelle de la globalisation du monde, était de clairement différencier l’approche de l’histoire-monde de celle de l’histoire globale. Cette différenciation, loin d’être anodine, est en réalité un plaidoyer en faveur de l’histoire globale, plus apte, selon B. Mazlish, à rendre compte d’une réalité contemporaine où la connexion entre différentes parties du monde se fait de manière quasi instantanée. L’histoire globale, entendue chez lui comme « histoire de la globalisation » (p. 385), serait ainsi guidée par une nouvelle forme de conscience et de perspective, voyant le monde non pas comme étant fait de compartiments pouvant parfois interagir, mais comme une entité unique, indivisible et compréhensible uniquement dans sa totalité. B. Mazlish militerait ainsi pour un perfectionnement de l’histoire-monde, pour son adaptation aux réalités nouvelles émergentes depuis les années 1970. Cet article semble très important pour la définition d’une histoire globale se voulant distincte de l’histoire-monde, voire même la dépassant. B. Mazlish propose donc une nouvelle façon de faire de l’histoire globale, soit par l’histoire des connexions et donc de la globalisation.

Cette approche, manquant d’esprit critique quant à l’évolution de la quantité et de la qualité des connexions globales, sera d’ailleurs critiquée par Sebastian Conrad dans son récent livre sur l’histoire globale (6). Pour l’historien allemand, la vision de Mazlish manque d’historicisation; les échanges et connexions sont pensées comme étant importantes en-soi, tandis que S. Conrad favorise une approche qui s’intéresse au contexte, au système entourant ces échanges et connexions, déterminant leur signification. Ainsi, « la qualité et l’impact des connexions dépendent du degré auquel les mondes sont intégrés dans un tout plus ou moins systématique » (7).

L’article de Bruce Mazlish pourrait assurément être considéré comme un des principaux actes fondateurs d’une nouvelle sous-discipline historique voulant rendre compte de l’aspect indivisible et total de l’histoire humaine. Bien entendu, cette approche a des ancrages dans le temps et ne se développa pas à partir de rien, ce que semble reconnaître B. Mazlish. C’est d’ailleurs là que repose l’intérêt fondamental de ce court, mais efficace article ; il s’agissait, pour son auteur, de distinguer clairement la nouvelle « histoire globale » de ses prédécesseurs, et plus particulièrement de l’histoire-monde, de l’ancrer dans un contexte mondial précis afin de la légitimer et de la rendre audible. Bien que ne rejetant pas l’histoire-monde, l’historien du MIT semble vouloir la peaufiner, voire la dépasser, afin de la rendre plus conforme aux nouvelles réalités sociales du tournant du 21e siècle. Sa définition de la nouvelle histoire globale, vue comme l’étude des globalisations dans une perspective historique, participa grandement au façonnement de cette approche historiographique. B. Mazlish serait, aux yeux de S. Conrad, un des instigateurs d’une des trois façons d’appréhender l’histoire selon une perspective globale – en notant toutefois que l’historien allemand cherche à peaufiner et à dépasser cette approche trop absolue.

 

(1) Sebastian Conrad, What is Global History?, Princeton University Press, 2016, chapitre 2.

(2) Bruce Mazlish, « Comparing Global History to World History », The Journal of Interdisciplinary History, vol. 28, n° 3, hiver 1998, pp. 385-395.

(3) La psychohistoire étant « l’application de la psychologie dans son sens le plus large ou de la psychanalyse, dans un sens spécifique, à l’étude du passé, de l’histoire » (Jacques Szaluta, La Psychohistoire, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1987, p. 3). Ou encore, l’étude de « la détermination psychique inconsciente de toute l’action et de toute l’inaction humaines dont se constitue l’histoire » (Rudolph Binion, Introduction à la psychohistoire, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Essais et Conférences du Collège de France », 1982, p. 12). À ne pas confondre avec la psychohistoire développée par Isaac Asimov, visant à prédire le futur.

(4) School of Humanities, Arts, and Social Sciences, « Professor Emeritus Bruce Mazlish, pioneer in the field of global history, dies at 93 », MIT News, http://news.mit.edu/2016/professor-emeritus-bruce-mazlish-dies-1206, consulté le 5 octobre 2019.

(5) B. Mazlish utilise la minuscule lorsqu’il oppose monde et globe.

(6) S. Conrad, What is Global History?, op. cit., chapitre 1.

(7) Ibid., p. 91.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *