L’agenda de l’histoire globale – 4e trim. 2011

Voici l’agenda trimestriel des manifestations liée à l’histoire globale (colloque, journée d’étude, séminaire…) dans le monde francophone. Par contraste avec le calme plat estival, qui justifie la non-parution d’un Agenda pour le 3e trimestre 2011, celui-là est riche en colloques… Quant aux séminaires, peu d’entre eux sont programmés aujourd’hui.

Si vous organisez ou avez connaissance d’un événement susceptible d’être relayé par ce blog, envoyez un courriel à sh.testot [at] wanadoo.fr en mettant en sujet : Agenda histoire globale.

Le prochain agenda sera publié début janvier.

Colloques

« Mondialisation ou asiatisation ? »

4e Congrès du Réseau Asie-Pacifique

Paris, sur deux sites.

Les 14 et 15 septembre 2011 à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris Belleville, 60, boulevard de la Villette, 75019.

Le 16 septembre 2011 au Centre de conférences du ministère des Affaires étrangères et européennes, 27, rue de la Convention, 75015.

Ouvert à tous, inscription préalable requise : www.reseau-asie.com/colloque/4eme-congres-2011/

Le Réseau Asie et Pacifique relie plus de 1800 chercheurs et experts. L’objectif du congrès est de faire connaître des travaux de recherche originaux sur l’Asie et le Pacifique en promouvant des ateliers transdisciplinaires et transculturels, auprès de l’ensemble de la communauté scientifique et à un public intéressé par ces régions. Analyser cette partie du monde dans sa globalité et dans son évolution mais aussi en relation avec les autres régions du monde, franchir les frontières culturelles et disciplinaires et multiplier les points de vue apparaît nécessaire à l’appréhension de vastes aires géoculturelles abritant près de 65 % de la population de la planète.

Les interventions permettront de mettre en perspective les points de vue inspirés de disciplines multiples : sont attendus des chercheurs francophones, européens et étrangers, mais aussi des experts, acteurs politiques et sociaux, qui débattront de l’Asie et du Pacifique dans la mondialisation et des liens constants que l’Europe développe avec l’Asie et le Pacifique. Cette 4e édition accueillera plus de 600 personnes qui pourront à quelques-unes des 250 interventions présentées dans 55 ateliers répartis dans 9 thématiques : « Dynamiques migratoires, enjeux postcoloniaux » ; « Nouveaux paradigmes de la mondialisation » ; « Patrimoine culturel : Enjeux et métamorphoses » ; « Créations artistiques et imaginaires » ; « Organisation sociale et rituels » ; « La ville asiatique contemporaine » ; « Normes sociales et citoyenneté » ; « Changement climatique » ; « Constructions des savoirs et des idées ».

• Mercredi 14 septembre 2011, de 9 h 30 à 11 h 30 : Session plénière d’ouverture, avec François-Joseph Ruggiu, Michel Wieviorka, Jean-Pierre Bobenriether, Jacques Legrand, Pierrick Fillon-Ashida, Marine Sam, Jean-François Sabouret.

• Mercredi 14 septembre 2011, de 13 h à 15 h : Table ronde « Mondialisation ou asiatisation du monde ? », avec Romain Bertrand, Francois Gipouloux, Nayan Chanda, Maurice Aymard, Christian Lechervy, Claude Markovits, , Jean-Michel Sallmann, Laurent Testot.

• Vendredi 16 septembre 2011, de 11 h 15 à 13 h 15 : Session plénière de clôture, avec Hélène Duchene, Marc Rolland, Paul Jean-Ortiz, Catherine Bréchignac, Pierre Vimont, Nayan Chanda, Jean-François Sabouret.

• Vendredi 16 septembre 2011, de 14 h 45 à 18 h 30 : Session plénière de synthèse, avec Alain Arrault, Cécile Barraud, Isabelle Charleux, Alain Delissen, Véronique Dupont, Guy Faure, Andrée Feillard, Alain Forest, Henri-Paul Francfort, Manuelle Franck, Anne Yvonne Guillou, Christian Huetz de Lemps, Bruno Jetin, Loraine Kennedy, Catherine Poujol, Jean-François Sabouret, Pierre Singaravélou, Charles Stepanoff, Bernard Thomann, Max-Jean Zins.

« L’avenir en question : la fin des promesses. Dix ans après le 11 septembre 2001 »

Lille (59). Université Catholique, 60 boulevard Vauban.

Du 15 au 16 septembre 2011.

Contact : Patricia Legrand, patricia.legrand [at] icl-lille.fr

http://iefr.univ-artois.fr/spip.php?article45

Dix ans après le 11 septembre 2001, qu’en est-il de l’histoire qui nous emporte ? Les événements du dernier demi-siècle et le changement rapide des sociétés modernes ont modifié notre rapport au temps, et en particulier la référence à un avenir. Aussi bien la façon dont l’individu envisage ce qui se passera après sa mort que celle dont la société donne à représenter son futur en sont profondément affectées : il en va de ce qu’il y a à espérer. Les promesses semblent en perte de crédibilité. Le religieux comme le politique en sont touchés dans ce qui faisait leur ressort dynamique.

• Jeudi 15 septembre 2011, de 9 h 30 à 19 h : session « Lectures du Onze septembre », avec Thomas Snégaroff et Léïla Babes ; session « Les attentes de la modernité », avec Charles Coutel et Nicolas Tenaillon ; session « La revanche de Dieu ? », avec Jean-Yves Baziou et Philippe Portier ; session « L’avenir déprogrammé », avec Olivier Bobineau et Jean-Marie Breuvart ; session « Science et avenir ? », avec Stanislas Deprez etChristophe Boureux.

• Vendredi 16 septembre 2011, de 9 h 30 à 18 h : session « Une politique au-delà des promesses ? », avec Paul Valadier et Fred Poché ; session « Raconter et comprendre », avec Jean-Luc Blaquart et Bernard Bourdin ; session « Croire et espérer », avec Jacques Vermeylen et Michèle Clavier ; session « Attendre et agir », avec Paul Scolas et Michel Castro.

« Circulation et coercition. Mobilités contraintes et captivité de guerre (16e-20e siècles) »

Paris. Cité universitaire, 7E boulevard Jourdan, 75014.

Du 15 au 16 septembre 2011.

Contact : Jean-Paul Zúñiga, zuniga [at] ehess.fr, et Renaud Morieux, renaudmorieux [at] gmail.com

Captivité et circulation sont en apparence des antonymes. Pourtant, en situation de guerre ou de conflit armé, contrôle de la liberté de mouvement et privation de liberté par un pouvoir relèvent de la même logique. L’hypothèse centrale qui guide cette rencontre internationale met au centre de l’analyse la notion de contrainte, physique ou morale, dans une variété de contextes.

Jeudi 15 septembre 2011, de 9 h 30 à 17 h 15 : Introduction de Renaud Morieux (Université de Lille-3/University of Cambridge) et Jean-Paul Zúñiga (EHESS) ; session « Les frontières des statuts : galériens, captifs, prisonniers de guerre », avec Philippe Minard, Gillian Weiss, Romain Bertrand, Sylvie Thénault, Miranda Spieler ; session « De la réclusion à la mobilité : exils, bannissements et déportations », avec Sylvie Aprile, Clément Thibaut, Clare Anderson, Alain Blum, Marta Craveri, Nancy Green.

• Vendredi 16 septembre 2011, de 10 h à : session « Les économies de la contrainte », avec Annick Lempérière, Antonio de Almeida Mendes, José Javier Ruiz Ibáñez, Ana Diaz, Philippe Minard ; session « Le contrôle des corps : encadrement et agency », avec Florent Brayard, Ann Stoler, Pieter Lagrou, Megan Vaughan.

« Climat, savoirs et politique, 18e-20e siècle »

Paris. École Normale Supérieure, Salle Dussane, 45 rue d’Ulm.

Du 16 au 17 septembre 2011.

Contact : climateconferenceparis [at] gmail.com, Fabien Locher, flocher [at] ehess.fr

La question du changement climatique global constitue un enjeu crucial de notre temps. Elle mobilise expertise scientifique, États, mouvements sociaux et société civile, en un processus où se mêlent indissolublement délibérations politiques, fabrication des savoirs, éthiques de l’avenir et technologies de gouvernement. La reconnaissance de la menace climatique globale participe d’un essor général de la réflexivité environnementale qui s’exprime également à propos des questions de biodiversité, d’épuisement des ressources ou de pollution. Ce « tournant réflexif » est souvent décrit comme un aspect déterminant de notre rupture avec une « modernité » quant à elle peu consciente des conséquences de l’agir humain sur l’environnement, et de ses effets en retour.

Ce colloque international a pour projet de reposer cette question des liens entre climat, savoirs et politique qui marque le contemporain dans une perspective historique large, portant sur les 18e, 19e et 20e siècles. La volonté est double. Refuser l’historicisme sommaire, qui ramène la prégnance ancienne de la question climatique au rang d’une antienne sans cesse réactivée – mais sans chercher à comprendre les logiques profondes qui s’y trouvent à l’œuvre. Mais aussi se démarquer des grands récits de sortie de la « modernité » qui obscurcissent notre compréhension des dynamiques historiques et des situations contemporaines, au nom de la rupture avec un passé reconstruit sur mesure.

• Vendredi 16 septembre 2011, de 10 h à 18 h : session « Climat, philosophie politique et déterminisme », avec Denis de Casabianca, Jean-Patrice Courtois, James Rodger Fleming ; session « Savoirs et politiques du changement climatique au 19e siècle », avec Jean-Baptiste Fressoz, Fabien Locher, Vladimir Jankovic, Miruna Achim…

• Samedi 17 septembre 2011, de 10 h 20 à 17 h 30 : session « Climat, travail et colonisation », avec Jean-Yves Puyo, Julien Vincent, Michael A. Osborne, Richard S. Fogarty, Jean-Paul Zuniga (EHESS) ; session « Aléas climatiques et Impérialisme », avec Michitake Aso, Anamaria Lammel, Esther Katz (IRD) ; session « Climat, gouvernement et territoire », avec Alex Cittadella, Marina Loskutova.

« L’Arctique en transition : enjeux régionaux et équations géopolitiques »

Montréal (Canada). Agora Hydro-Québec, Complexe des sciences Pierre Dansereau, 175, avenue Président-Kennedy.

Du 3 au 4 octobre 2011.

Inscription en ligne préalable :

www.dandurand.uqam.ca/evenements/evenements-a-venir/853-colloque-larctique-en-transition-enjeux-regionaux-et-equations-geopolitiques.html

Tarif général: 25 $ par jour, 50 $ pour les deux journées, Gratuit pour les étudiants (sur présentation de la carte étudiante)

Contact : Joël Plouffe, plouffe.joel [at] uqam.ca, Cécile Pelaudeix, cecile.pelaudeix [at] numericable.fr

L’Arctique est généralement perçu comme une frontière éloignée et monolithique. Pour certains, il s’agit d’une région à découvrir et exploiter, une zone vulnérable à protéger contre toute activité économique. Pour d’autres, l’Arctique est destiné à devenir un lieu de conflits où pays arctiques et/ou non-arctiques se livreront la « bataille des glaces » pour les richesses naturelles qui abondent dans le Grand Nord. Face aux images qu’évoque cette évolution, comment définir l’Arctique ? Plus précisément, quels sont les enjeux qui préoccupent les régions des huit États circumpolaires, leurs populations locales et nationales ? Quelles sont les régions visées et les acteurs impliqués ? Enfin, ces défis peuvent-ils avoir des répercussions sur l’ensemble de la planète et, dans ce cas, comment les pays et les populations non-Arctiques sont-ils concernés ? En réunissant politologues, juristes, géographes, historiens et géophysiciens, ce colloque vise à discuter, d’une part, des enjeux socio-économiques, politiques et sécuritaires des régions de l’Arctique et, d’autre part, les relations de ces peuples et territoires avec la géopolitique internationale. La priorité sera accordée à l’analyse des sécurités régionales.

• Lundi 3 octobre 2011, de 9 h à 17 h 30 : table ronde « Les relations transfrontalières dans le Grand Nord européen », avec Steffen Weber, Cécile Pelaudeix, Danila Bochkarev ; table ronde « L’Arctique russe en mutation », avec Gleb Yarovoy, Katarzyna Zysk, Florian Stammler ; table ronde « Ressources énergétiques existantes et potentielles dans la zone arctique : évaluations stratégiques et scénarios d’avenir », avec Louis Fortier, Lars Kullerud, Charles Emmerson, Petra Dolata-Kreutzkamp ; table ronde « L’Arctique maritime et la gouvernance », avec Jérôme Weiss, Frédéric Lasserre, Suzanne Lalonde, Timo Koivurova.

• Mardi 4 octobre 2011, de 8 h 45 à 17 h 45 : table ronde E « L’Arctique nord-américain : une frontière vulnérable ? », avec Heather A. Conley, Rob Huebert, Jessica Shadian ; table ronde « La place du Canada et des États-Unis dans le monde circumpolaire », avec Stéphane Roussel, P. Whitney Lackenbauer, Heather Nicol ; table ronde « Perspectives et particularités régionales », avec Pita Aatami, Udloriak Hanson, William L. Iggiagruk Hensley ; table ronde « L’Arctique, la globalisation et les relations internationales », avec Franz Thönnes, Joël Plouffe, Lassi Heininen.

« Tsigane nomade : un malentendu européen »

Paris. Plusieurs sites.

Du 5 au 9 octobre 2011.

Ce colloque interdisciplinaire consacré à la « question tsigane » se déroulera dans divers lieux parisiens : Mémorial de la Shoah, Université Paris-8-Vincennes–Saint-Denis, Institut hongrois, Petit-Palais. Il regroupera de nombreux chercheurs d’horizons différents, anthropologues, historiens, philosophes, politologues, littéraires, et sera complété d’une programmation parallèle du 5 au 11 octobre au cinéma des Trois-Luxembourg.

L’argumentaire détaillé et le résumé des interventions sur le site Internet consacré au colloque :

http://www.tsiganes-nomades-un-malentendu-europeen.com/

Contacts : Catherine Coquio, catherinecoquio [at] gmail.com, Céline Barral, celine.barral [at] gmail.com

« L’Afrique plurielle : paradoxes et ambitions »

22e Festival international de géographie

Saint-Dié-des-Vosges (88).

Du 6 au 9 octobre 2011.

Contact : Stéphanie Jacquot-Claudron, sjacquotclaudron [at] ville-saintdie.fr

www.saint-die.eu/accueilfig et www.saint-die.eu/le-festival.html

À l’heure où de nombreux Africains veulent échapper aux démons de la guerre civile, de la dictature et de la corruption, que dire du développement du continent ? L’Afrique est-elle toujours aussi mal partie que le pronostiquait René Dumont en 1962 ? Quelles sont les conditions d’une paix et d’une prospérité durables ? L’Afrique a besoin du monde, comme le monde a besoin d’une Afrique maîtresse de son destin et désireuse de faire partager ses valeurs. Les géographes venus d’ici et d’ailleurs auront à cœur de décoloniser les fausses idées que l’on se fait de l’Afrique et de l’expliquer sous ses différentes facettes. Ce festival sera émaillé par les différents salons (livre, culinaire, géomatique), les conférences, les tables rondes, les cafés géo, les rencontres avec les intervenants… Parallèlement, un éclairage sera apporté par les géographes sur les départements et territoires de l’Outre-Mer français situés dans l’océan Indien : Mayotte, la Réunion, les Terres australes et antarctiques françaises.

« Les Universités au risque de l’histoire. Principes, configurations et modèles. 19e-20e siècles »

Nancy (54).

Du 10 au 11 octobre 2011.

Contact : Yamina Bettahar, yamina.bettahar [at] univ-nancy2.fr

Inscription en ligne ((80 €, s’inscrire avant début octobre) :

http://www.msh-lorraine.fr/actualites/details/article/appel-a-communication-colloque-international-les-universites-au-risque-de-lhistoire.html

• Lundi 10 octobre 2011, de 8 h 30 à 18 h 30 : Ouverture par Martial Delignon (président de l’université Nancy-2) et Gerhard Heinzmann (directeur de la MSH Lorraine) ; session « Des principes fondateurs à leur traduction institutionnelle », avec Roger Pouivet, André Grelon, Pal Skulasson, Thomas Hippler, Jean François Condette ; session « Contingences nationales et reconfigurations universitaires », avec Ana Carneiro, Ana Simões, Maria Paula Diogo, Luís Miguel Carolino, Yamina Bettahar, Françoise Olivier-Utard, Norbert Schappacher, Michel Reffet ; session « Le rôle social de l’enseignement universitaire au regard de l’histoire », avec Yves-Claude Lequin, Pierre Lamard, Antoni Roca Rosell, Nathalie Jammet-Arias.

• Mardi 11 octobre 2011, de 9 h à 16 h 30 : session « Mutations au 20e siècle et redéfinition des missions de l’université », avec Thomas Benatouïl, Sylvie Le Clech, Marie-Jeanne Choffel-Mailfert, Françoise Hiraux, David Vanderburgh, Morgan Meyer ; session « Entre sélection et insertion, la question des diplômés », avec Cyprien Tasset, Cédric Hugrée ; session « Vers un nouveau régime académique ? », avec José Rose, Jun Oba, Cherry Schrecker, Joseph Romano, Simon Paye, Catherine Paradeise, Emanuela Reale, Tatiana Fumasoli, André Grelon.

« L’Orient »

14e Rendez-Vous de l’histoire

Blois (41).

Du 13 au 16 octobre 2011.

http://www.rdv-histoire.com/

Plus de 300 débats et 800 intervenants, une cinquantaine de films, un salon du livre d’histoire et un du livre ancien, des rencontres pédagogiques, des expositions, des cafés et dîners historiques…, tel sera le menu proposé lors de ce festival consacré à l’Orient. D’un programme pléthorique, retenons quelques-uns des manifestations liées à l’histoire globale :

• Jeudi 13 octobre 2011, de 17 h à 18 h 30, Maison de la Magie : « Histoire connectée, histoire comparée : commment décentrer l’histoire moderne ? », avec Romain Bertrand, Serge Gruzinski, Antoine Lilti, Jacques Revel, Sanjay Subrahmanyam.

• Vendredi 14 octobre, de 15 h à 16 h 30, Amphi 1, Antenne universitaire : « La route des Indes : villes-étapes, de Palmyre à Malacca », avec Romain Bertrand, Anne Sartre, Dejanirah Silva-Couto, Claire Sotinel, Luis Filipe Thomaz, Éric Vallet.

• Samedi 15 octobre 2011, de 18 h à 19 h 30, Salle des Conférences du Château royal : « Compagnies des Indes : l’Orient des navigateurs », avec Jean-Yves Béquignon, René Estienne, Manonmani Filliozat Restif, Alian Morgat, Marion Veyssière.

• Vendredi 14 octobre 2011, de 19 h 30 à 20 h 30, Hémicycle de la Halle aux grains : « Voyageurs et Orientaux au grand siècle », conférence inaugurale de Sanjay Subrahmanyam.

• Samedi 15 octobre 2011, de 9 h à 10 h 30, Maison de la Magie : « Écrire l’histoire du monde avant la mondialisation : nouveaux espoirs, nouveaux enjeux », avec Romain Bertrand, Patrick Boucheron, Christian Grataloup, Jean-Michel Sallmann.

• Samedi 15 octobre 2011, de 9 h 30 à 11 h, Hémicycle de la Halle aux grains : « Le monde chinois : émergence ou retour ? », avec Jean-Luc Domenach, François Gipouloux, Philippe Pelletier, Laurent Testot.

• Samedi 15 octobre 2011, de 11 h 30 à 13 h, Salle des Conférences du Château royal : « Compagnies des Indes : l’Orient des historiens », avec Philippe Beaujard, René Estienne, Philippe Haudrère, Gérard Le Bouedec,  Philippe Norel.

• Samedi 15 octobre 2011, de 14 h à 15 h 30, Amphi 1, Antenne universitaire : « Les voyageurs occidentaux en Chine », avec Muriel Détrie, Christian Jambet, Sylvie Schweitzer, Alberto Toscano, Laurent Wirth.

• Samedi 15 octobre 2011, de 16 h 30 à 18 h, Hémicycle de la Halle aux grains : « Peut-on se moderniser sans s’occidentaliser ? », avec Marie-Claire Bergère, Laurent Berger, Jean-Luc Domenach, Jean-François Sabouret.

• Samedi 15 octobre 2011, de 18 h 30 à 20 h 15, Hémicycle de la Halle aux grains : « Orient-Occident : existe-t-il des valeurs universelles ? », avec Yadh Ben Achour, Henry Laurens, Maurice Sartre, Pierre-François Souyri, Laurent Theis.

• Dimanche 16 octobre 2011, de 9 h 30 à 11 h, Salle des Conférences du Château royal : « Compagnies des Indes : l’Orient des conservateurs », avec René Estienne, Anne Foray-Carlier, Éric Moinet, Brigitte Nicolas, Marie-Ctaherine Rey.

• Dimanche 16 octobre 2011, de 9 h 30 à 11 h, Salle capituliare du Conseil général : « Connaissances et images croisées : Europe et Orient, 15e-20e siècles », avec Pascale Girard, Benjamin Lellouch, Guy-François Le Thiec, Alain Messaouidi, Jacques portes.

• Dimanche 16 octobre 2011, de 15 h 30 à 17 h, Salle des Conférences du Château royal : « L’Orient a-t-il conu d’autres “Renaissances” ? », avec Florence Alazard, Patrick Boucheron, Pascal Brioist, Bernard Heyberger, Jean-Michel Sallmann, Sanjay Subrahmanyam.

• Dimanche 16 octobre 2011, de 16 h à 17 h 30, Amphi 1, Antenne universitaire : « La route des épices ? », avec Michel Balard, Mohamed Houbaida, Bruno Laurioux, Farouk Mardam-Bey.

« Le Mexique, au-delà et en deçà de la frontière : regards croisés du monde hispanophone et du monde anglophone »

Lyon. Université Lumière-Lyon-2, Grand Amphithéâtre, 18 quai Claude-Bernard (69007).

Du 13 au 14 octobre 2011.

Contacts : Carla Fernandes, carlafrnds [at] orange.fr, Catherine Pesso-Miquel, catherine.pesso.miquel [at] univ-lyon2.fr

Un colloque international participant de l’Année du Mexique en France, lors duquel seront mises à l’honneur les représentations et images multiples du Mexique dans les productions littéraires, culturelles et artistiques du monde anglophone et hispanophone, dans un esprit de réciprocité avec celles qu’offrent les productions mexicaines . Les communications pourront poser la question du déplacement et du ré-enracinement, dans un contexte global et postcolonial, et proposer des analyses d’œuvres produites par des artistes mexicains exilés aux États-Unis, ou d’artistes anglophones ayant vécu au Mexique, voire des études comparatives entre les deux. Ce colloque, conçu en synergie avec des créateurs, permettrait alors la mise en relief de nouveaux corpus d’étude.

« Effets psychosociaux de la mondialisation sur la santé mentale : pour une écologie du lien social »

Villeurbane. Espace double mixte, campus universitaire Lyon-1, 43 boulevard du 11-Novembre-1918.

Du 19 au 22 octobre 2011.

Contact : congresdescinqcontinents [at] univ‐lyon1.fr

Inscription et préprogramme :

http://congresdescinqcontinents.org/fr

Organisé par l’Observatoire national des pratiques en santé mentale et précarité (ONSMP/Lyon) et l’université Claude-Bernard-Lyon-1, en collaboration avec des Institutions des cinq continents et des agences internationales, ce colloque a pour objectifs de mettre en commun les connaissances et les expériences afin de faire apparaitre les modalités de soutien psychosocial portées par la diversité des acteurs sanitaires, sociaux politiques et de développement. Les trois objectifs majeurs du congrès sont : présenter et décrire les troubles psychosociaux tels qu’ils apparaissent, dans la diversité des cultures et des régions du monde ; à partir de cette diversité, faire apparaître les modalités de soutien psychosocial portées par la grande diversité des acteurs sanitaires, sociaux, politiques, et de développement ; proposer une déclaration en fin de Congrès, la « Déclaration de Lyon sur Écologie du lien social et mondialisation ».

Avec : Driss Moussaoui, Benedetto Saraceno, Edgar Morin, Hartmut Rosa, Qin Hui, Vikram Patel, Eliot Sorel…

« Associées ou rivales ? Métropoles, régions et les nouvelles dynamiques territoriales »

Rennes (35). Institut d’Études politiques, CRAPE, 104, boulevard de la Duchesse-Anne.

Du 20 au 21 octobre 2011.

Contacts : Yveline Laverret, yveline.laverret.1 [at] sciencespo-rennes.fr, Brice Noël, brice.noel [at] sciencespo-rennes.fr

La métropole et la région sont aujourd’hui au coeur des réflexions sur les nouveaux de mode de régulation des sociétés dans un contexte de densification des interdépendances économiques et politiques. Les processus de globalisation économique, d’intégration européenne et de décentralisation suscitent nombre de débats dans les sciences sociales. Deux questions clés émergent et font l’objet de vives controverses : celle, tout d’abord, des nouveaux espaces de régulation économique et sociale, celle ensuite des dynamiques territorialisation et d’aménagement du pouvoir.

• Jeudi 20 octobre 2011, de 10 h à 18 h 30 : séance pléniere « Cadrage conceptuel sur les phénomènes de métropolisation et de régionalisation », avec Guy Baudelle, Jonathan Bradbury, Alain Faure, Emmanuel Négrier ; session « Métropolisation et régionalisation : perspectives comparatives », avec Mario Gauthier, Anne Mévellec, Chemsa Tortchinski, Essaid Tarbalouti, Abderrazak El Ouali, Jacques Fialaire ; session « Modes d?institutionnalisation et gouvernance des espaces métropolitaines et régionaux », avec Gilles Pinson, Thomas Perrin, Pauline Prat, Rémi Lefebvre, Julien O’Miel ; session « Métropolisation et régionalisation : perspectives comparatives », avec Divya Leducq, Hiba Chakar, Ian Stafford ; session « Métropoles et régions : flou des frontières et jeux d’échelle », Matthew Wendeln, Jean-Marie Izquierdo, Jean Baptiste Harguindéguy, Sergio Argul Arias, Aisling Healy et Renaud Payre.

• Vendredi 21 octobre 2011, de 9 h à 13 h : session « L’action publique dans les espaces métropolitains et régionaux », Marie Lvovsky, Nicolas Maisetti, Marjorie Emel Okmekler, Antoine Vion, Maxime Huré, Wilfried Serisier ; session « Vers un retour de l’État ? », Nicolas Kada, J. Chauvel, Renaud Epstein ; séance plénière « Le couple métropole/région a-t-il un avenir ? », table-ronde entre chercheurs et praticiens des métropoles et des régions.

« Appropriation des ressources naturelles et patrimoniales : compétitions et droits d’accès en Méditerranée »

Colloque SHS-Méditerranée

Beyrouth, Liban.

Du 28 au 30 novembre 2011.

Contacts : François Molle, Francois.molle [at] ird.fr, Mohamed Elloumi, elloumimohamed [at] yahoo.fr, Tarik Dahou, tarik.dahou [at] ird.fr

À partir de la fin des années 1980 et avec les dynamiques de privatisation issues de la libéralisation, les sociétés méditerranéennes ont vu l’émergence ou le renforcement d’acteurs privés aux connections plus ou moins prononcées avec le capitalisme international. Cette tendance ne s’est en général pas faite aux dépens des États, qui ont réduit leurs coûts et largement contrôlé les mécanismes de privatisations, distribuant souvent des prébendes aux clients et proches des régimes, et en se montrant sélectifs dans les marges de manœuvre et de bénéfice concédées aux sociétés privées. Néanmoins, ces dynamiques au sein des économies de la rive Sud de la Méditerranée ont conduit à l’émergence de nouveaux acteurs privés, face aux organisations étatiques de gestion et de production, rendant par ailleurs difficile l’émergence d’une gouvernance plus démocratique.

L’atelier permettra d’engager une réflexion sur ces problématiques en examinant de manière comparative les types de transactions et les droits d’usage et de propriété qu’ils induisent. L’analyse des différents régimes de droit qui guident ces transactions inclura d’une part l’identification des acteurs les plus influents dans ces transactions et leur rapport aux États et aux sociétés locales, et d’autre part l’analyse des dynamiques d’exclusion, voire de conflits, suscitées par ces logiques. Sommes-nous en face d’un gouvernement privé indirect de la nature par les États rappelant le temps des sociétés coloniales, ou dans le cadre privatif du capitalisme international, voire dans des formes hybrides ou différentes de ces deux modèles ? Quelles sont les formes de pouvoir qu’expriment ces différentes manifestations du gouvernement de la nature ? Comment les différentes politiques publiques contribuent-elles (ou pas) à renforcer et/ou légitimer ces changements ?

Conférences, débats, tables rondes et journées d’étude

« L’Afrique prend l’eau ! Ressource paradoxale et ambitions plurielles »

Café-Géo

Paris, 75006. Le Flore, 172 boulevard Saint-Germain.

www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=2251

• Mardi 27 septembre 2011, à partir de 19 h 30 : débat avec David Blanchon (université Paris-Ouest), Agathe Maupin (université Paris-Sorbonne), animé par Émilie Lavie (université Paris-Diderot) au Flore.

« La géographie du post-conflit dans les Balkans, le cas du Kosovo »

Café-Géo

Rennes (35). Bar Le Damier, 9, place Sainte-Anne.

www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=2249

• Mercredi 28 septembre 2011, à partir de 18 h 15 : débat animé par Amäel Cattaruzza (maître de conférence en géographie à Saint-Cyr-Coëtquidan).

« Décalages : les autres et nous »

cycle de conférences du Musée du Quai-Branly

Paris, 75007. Musée du quai Branly, 206, rue de l’Université.

Contact : Nathalie Mercier, nathalie.mercier [at] quaibranly.fr

www.quaibranly.fr

• Jeudi 20 octobre 2011, à partir de 18 h 30 : débat entre Tobie Nathan (ethnopsychiatre et écrivain) et Grégory Delaplace (anthropologue, chercheur associé à l’université de Cambridge, Angleterre), « Le traitement des morts en Afrique et en Mongolie ».

• Jeudi 10 novembre 2011, à partir de 18 h 30 : débat entre Chérif Khaznadar (fondateur de la Maison des cultures du monde) et Philippe Gonzalez (sociologue, université de Lausanne), « Le diable en Bolivie et en Europe ».

• Jeudi 24 novembre 2011, à partir de 18 h 30 : débat entre Frédéric Keck (anthropologue et sinologue) et Noëlie Vialles (anthropologue), « Le traitement des animaux en Europe et en Chine ».

« L’histoire mondiale de la colonisation »

cycle de conférences du Musée du Quai-Branly

Paris, 75007. Musée du quai Branly, 206, rue de l’Université.

Contact : Nathalie Mercier, nathalie.mercier [at] quaibranly.fr

www.quaibranly.fr

• Jeudi 3 novembre 2011, à partir de 18 h 30 : conférence-débat en présence d’André Lewin (ancien ambassadeur de France en Guinée, au Sénégal et en Gambie), « Sékou Touré ».

• Jeudi 17 novembre 2011, à partir de 18 h 30 : conférence-débat en présence de Mamadou Diouf (historien, directeur du département des études africaines de l’université Columbia, « Houphouët-Boigny ».

• Jeudi 1er décembre 2011, à partir de 18 h 30 : conférence-débat en présence d’Antoine Sfeir (directeur des Cahiers de l’Orient), « Nasser ».

• Jeudi 15 décembre 2011, à partir de 18 h 30 : conférence-débat en présence de Souleymane Bachir Diagne (philosophe, université de Columbia), « Léopold Sédar Senghor ».

« La ville de demain : la cohésion sociale »

Poitiers (86). Hôtel de ville, place du Maréchal-Leclerc.

Contact : conseildedeveloppement [at] agglo-poitiers.fr

www.grandpoitiers.fr

Dans le cadre du cycle organisé par le Conseil de développement responsable de l’agglomération de Poitiers, l’espace Mendès-France et la Communautés d’agglomérations Grand-Poitiers.

• Jeudi 24 novembre 2011, à partir de 18 h 30 : conférence-débat en présence de Jean-Michel Servet (économiste et anthropologue) et Dominique Méda (sociologue et philosophe). « Économie sociale et solidaire, nouveaux indicateurs de richesse, nouveaux emplois… Quelles perspectives ? Quelles alternatives ? ».

Séminaires et Ateliers de recherche

« Entre le licite et l’illicite : migrations, travail, marchés »

colloque de Cerisy

Cerisy-La-Salle (50). Centre Culturel International de Cerisy, Le Château.

Du 12 septembre 2011 (19 h) au 19 septembre (14 h) 2011.

Contact : Centre Culturel International de Cerisy, info.cerisy [at] ccic-cerisy.asso.fr, et Michaël Morel, michael.morel [at] ccic-cerisy.asso.fr

www.ccic-cerisy.asso.fr/

Ce colloque a pour but de dresser un bilan des conditions de déploiement de trois marchés illégaux dans la mondialisation : le marché de travail, vecteur de multiples circulations illégales de travailleurs manuels « migrants » ; le marché illégal de menus articles qui assure aux populations pauvres un accès à la consommation, souvent via la contrefaçon et la contrebande ; et le marché de consommation de biens illicites (spécialement les drogues) qui participerait à une dynamique économique étroitement imbriquée dans l’économie légale.

Avec : Sergio Adorno, Carlos Alba, Ronaldo de Almeida, Marcos César Alvarez, Sophie Bava, Saïd Belguidoum, Sylvie Bredeloup, Pauline Carnet, Dana Diminescu, Tom Dwyer, Carlos Freire, Olga L. Gonzalez, Daniel Veloso Hirata, Michel Kokoreff, Jacob Lima, Nick Mai, Bénédicte Michalon, Michel Misse, Alain Morice, Rosana Pinheiro-Machado, Olivier Pliez, Jean Rivelois, Luciano Rodrigues, Laurence Roulleau Berger, Jacqueline Sinhoretto, Douglas Toledo-Piza, Daniel Welzer-Lang, Michel Wieviorka.

Atelier de recherche « Mein Kampf, 70 ans après »

Paris. Salle Georges Vedel, 6e étage, Institut français de la presse, CARISM (Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias), 4 rue Blaise-Desgoffe, 75006.

• Lundi 12 septembre 2001, de 14 h à 17 h 30.

Contact : Fabrice d’Almeida, fabrice.dalmeida [at] u-paris2.fr, Jean-Marc Dreyfus, jean-marc.dreyfus [at] manchester.ac.uk

En avril 2015, Mein Kampf, l’ouvrage phare du national-socialisme, écrit par Adolf Hitler lui-même, tombera dans le domaine public, en application du droit d’auteur. L’Etat de Bavière, qui est aujourd’hui propriétaire des droits et tente de s’opposer à la publication de l’ouvrage, se désengagera de sa responsabilité. Mein Kampf pourra être ainsi publié librement. En Allemagne, l’Institut für Zeitgeschichte de Munich travaille d’ores et déjà à la publication d’une édition scientifique. En France, l’ouvrage est autorisé à la condition de contenir un avertissement – application de l’ordonnance de la cour d’appel de Paris de juillet 1979. Afin de préparer l’échéance qui s’annonce, une initiative composée notamment de juristes a vu le jour, pour demander texte européen (résolution et charte d’autorégulation?) qui prendrait position sur la question et inciterait à l’apposition d’un avertissement pédagogique attaché à toute publication, sur le modèle français, et ce dans les 27 pays de l’Union Européenne. Un forum de réflexion est organisé le mardi 11 octobre 2011 à la Maison du Barreau à Paris (programme sur http://hateprevention.org/evenement/). Il semble nécessaire que les historiens se mobilisent également pour réfléchir à cet enjeu, aussi bien en terme de mémoire que d’éducation et de compréhension du phénomène qu’a représenté et représente encore Mein Kampf, l’un des best-sellers du 20e siècle. En effet, l’ouvrage est encore largement diffusé, légalement ou non, à travers le monde et de nouvelles éditions se sont encore récemment vendues à des dizaines de milliers d’exemplaires. Par ailleurs, l’ouvrage est accessible librement en intégralité sur Internet, en de nombreuses langues. Cet atelier de réflexion veut aider à la préparation du forum, en rassemblant des historiens venus d’horizons différents. Il s’agira de tenter d’appréhender l’impact réel de Mein Kampf sur l’idéologie nationale-socialiste, aussi bien en Allemagne que dans le reste de l’Europe. Le livre a-t-il été vraiment lu ? Comment a-t-il été compris ? Quelle a été son influence sur les différents groupes de la société allemande, sur les membres des organisations nazies ? La volonté d’hégémonie européenne, la Shoah, ont-elles été des conséquences directes des idées contenues dans le livre ? Dans un deuxième temps, l’onde de choc à plus long terme sera considérée. Mein Kampf a-t-il continué d’être publié, d’être lu ? Par qui et dans quels pays ? Pourquoi l’ouvrage a-t-il été récemment un succès de librairie en Turquie ? Quelles sont les questions éditoriales que pose aujourd’hui Mein Kampf, face aux différentes lois interdisant l’incitation à la haine raciale ?

« Agricultures et alimentations dans un monde globalisé »

colloque de Cerisy

Cerisy-La-Salle (50). Centre Culturel International de Cerisy, Le Château.

Du 21 septembre 2011 (19 h) au 28 septembre (14 h) 2011.

Contact : Centre Culturel International de Cerisy, info.cerisy [at] ccic-cerisy.asso.fr

www.ccic-cerisy.asso.fr/

Les mondes agricoles sont agités de transformations et de mouvements impensés jusqu’à maintenant, tout  marqués que nous étions par la problématique de la fin des paysans. Or nous constatons non seulement une croissance en valeur absolue du nombre de paysans à la surface de la terre, mais aussi l’émergence de formes nouvelles et non familiales de l’organisation de la production en agriculture en même temps que se diversifient et persistent les formes familiales. Il y a bien un enjeu à penser la fragmentation amplifiée des paysanneries du monde au moment où se dessine un paradoxe au terme duquel se dégagerait un scénario d’un monde sans paysans qui pourrait théoriquement produire la quantité suffisante de matières premières pour nourrir les villes coexistant avec des paysans sans terre et sans marché condamnés à la paupérisation et à la famine. La question agricole pose celle d’une mondialisation qui pour se déployer a besoin de toute la planète, mais non point de toutes les sociétés. Comment penser et gérer la différenciation et la segmentation croissantes des modes de production en agriculture au regard d’attendus planétaires, et en particulier ceux de la sécurité alimentaire mondiale? Le colloque tentera d’illustrer et d’interpréter ces recompositions et les mouvements qui les annoncent et qui les accompagnent. L’enjeu est de saisir d’une part les forces qui traversent le monde et affectent les paysanneries, d’autre part la diversité des mouvements et des transformations observées ici ou là. Ainsi, le monde sera considéré dans une double perspective: celle d’un monde global connaissant aujourd’hui une intensification des liens et des flux et se révélant de ce fait force de transformation ; celle de mondes distincts et en particuliers de mondes agricoles connaissant chacun des destinées spécifiques.

Avec : Patrick Caron, Bertrand Hervieu, Bernard Hubert, Harriet Friedmann, Mark Paine, Pierre Gasselin, Jean-Jacques Gabas, Denis Sautier, Guillaume Benoit, Estelle Bienabe, Marc Mormont, Jean-Christophe Debar, Hervé Guyomard, Sophie Devienne, Philippe Boullet, Eduardo Moyano, Jean-Jacques Hervé, Marie-Claude Maurel, Ward Anseeuw, Omar Bessaoud, Benoit Daviron, Cheikh Oumar Ba, Henri Hocdé, Renato Maluf, Marie-Lise Molinier, Bruno Dorin, Éric Sabourin, Hans Herren, Carl Hausmann, François Dufour, Jean Bizet, Pascal Ferey, Marion Guillou, Henri Nallet, François Purseigle, Catherine Darrot, Geneviève Nguyen-Thole, Sergio Pereira, Sophie Dubuisson, Claire Lamine, Nicolas Brica, Christian Deverre, Yuna Chiffoleau, Dominique Chardon, Louis-Georges Soler, François Casabianca, Pierre Compère, Marie-Aude Even, Jean-Paul Charvet, Martine Guibert, Frédéric Courleux, Michel Petit, Michel Foucher, Perrine Burnod, Fabrice Dreyfus, Claude Napoléone, Jean-Paul Billaud, Miguel Altieri, Frédéric Thomas, Frédéric Goulet, Michel Griffon, Pierre-Marie Bosc, Vincent Jacob, François Traoré, Yakouba Coulibaly, Philippe Lacopmbe, Jacques Rémy, Julien Vert, Jean-Luc François, Ève-Anne Buhler, Stéphanie Barral, Lucile Garçon, Benoît Labbouz, Sergio Magnani.

« Mentalités »

séminaire

Saint-Martin-d’Hères (38400). Salle Pacte-PO, Institut d’Études politiques de Grenoble, 1030 avenue centrale, Domaine universitaire.

www.pacte.cnrs.fr/spip.php?rubrique243

Séminaire de recherche PACTE, animé par Emmanuelle Comtat, Elsa Guillalot, Guillaume Roux, Emmanuel Taïeb : peut-on décrire et comprendre les « mentalités » d’une société donnée ? Existe-t-il même une « identité », un « esprit » qui seraient propres à chaque époque et à chaque lieu, et peut-on sérieusement espérer distinguer des bornes temporelles et spatiales suffisamment claires pour seulement pouvoir parler d’« époque » ?

• Lundi 3 octobre 2011, de 14 h à 16 h 30 : Intervention de Déborah Cohen (maître de conférence à l’université de Provence) à l’occasion de la sortie de son ouvrage La Nature du Peuple,

« Émotions, expertises et processus politiques »

séminaire

Aix-en-Provence (13). Institut d’Études politiques, nouveaux locaux du 31, avenue Jean Dalmas.

Contact : Stéphanie Dechezelles, sdechezelles [at] wanadoo.fr, Christophe Traïni, christophe.TRAINI [at] wanadoo.fr

L’objectif de ce module du séminaire du Cherpa est de rendre compte de la manière dont l’action des groupes organisés oscille entre la mise à l’épreuve des émotions et la formulation d’expertises se réclamant de connaissances spécialisées : science dures, sciences sociales, droit, philosophie morale, théologie… Il s’agit d’interroger les rapports de complémentarité ou d’antagonisme qui peuvent se nouer entre deux des trois modalités de construction des intérêts collectifs : l’appel à la vertu, le savoir et le nombre (Offerlé, 1993). Les intervenants s’appliqueront à croiser leurs travaux afin d’interroger l’efficacité relative de l’appel aux émotions et de l’expertise au sein des multiples arènes qui caractérisent les démocraties pluralistes ou les régimes autoritaires : arènes médiatiques, arènes judiciaires, arènes politiques et enfin administratives. Une telle perspective équivaut à tenter de combiner les apports respectifs de la sociologie de l’action collective et de la sociologie des institutions politiques ou de l’élaboration des politiques publiques. De fait, les données collectées peuvent concerner aussi bien les conduites mises en œuvre par des membres d’organisations militantes que celles d’acteurs appartenant aux sphères de la décision.

• Jeudi 13 octobre 2011, de 12 h 15 à 14 h : Jean-Pierre Gaudin (professeur en science politique, IEP d’Aix), « L’émotion comme refoulé et comme  revendication ».

• Jeudi 10 novembre 2011, de 12 h 15 à 14 h : Myriam Catusse (chargée de recherche Iremam/CNRS, Aix-en-Provence), « Dévoiler des  coupables ou consacrer des martyrs ? “Guerre-civile froide” et justice  pénale (internationale) au Liban ».

• Jeudi 8 décembre 2011, de 12 h 15 à 14 h : Mohamed Tozy (professeur en science politique, IEP d’Aix), « Réseaux sociaux  et mutations des pratiques de mobilisations : le cas du 20 février au Maroc »

« Catastrophes, risques et sciences sociales »

séminaire

Paris (75006). Salle du conseil (4e étage), CERI, 56 rue Jacob

www.arcra.fr/spip.php?article47&var_mode=calcul

Contact : Sandrine Revet, revet [at] ceri-sciences-po.org,

Ce séminaire interdisciplinaire et thématique propose de continuer à structurer les échanges entre étudiants et chercheurs de diverses disciplines autour de la question des risques et des catastrophes.

• Vendredi 21 octobre, de 10 h à 13 h : Sophie Houdart, « Simulation de foules en Chine pour l’exposition universelle », discutant Frédéric Keck.

• Vendredi 25 novembre, de 10 h à 13 h : Julien Weisbein et Xabier Itçaina, « Marées noires et politique (présentation d’ouvrage) », discutant Julien Langumier.

• Vendredi 9 décembre, de 10 h à 13 h : Nicolas Werth, « Famine en URSS en 1932 », discutant Marc Élie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *